in

NATIONALITÉ ITALIENNE: Le maire refuse de le faire jurer pour problème de langue italienne – Que se passe-t-il après?

«Je jure d’être fidèle à la République italienne, d’observer fidèlement la Constitution et les lois” … Ça a été un peu plus spécial le serment prononcé par un immigré nigérien à l’Hotel de ville de Brugnera, dans la province de Pordenone.

 

Car ça lui a permis de devenir italien, après une bataille qui est arrivée jusqu’au Parlement. Le nigérien avait déjà tenté en janvier, mais le maire de la Lega Nord, Ivo Moras, l’avait renvoyé. “Il est en Italie depuis 20 ans, mais il ne sait ni lire ni comprend l’italien. Je ne peux pas le faire devenir italien“, avait expliqué le maire.

Moras n’était que le dernier parmi tant d’autres nombreux maires, qui se sont mis à jouer aux professeurs, testant la langue italienne des aspirants italiens, les empêchant de prêter serment, malgré qu’ils eussent mené à bien le processus pour parvenir à la nationalité italienne. Des épisodes qui dorénavant ne devraient plus arriver.

C’est le ministre de l’Intérieur en personne qui a confirmé, à la Chambre des Députés, que les maires ne peuvent pas prendre des initiatives de ce genre. La loi ne leur reconnaît “aucun pouvoir d’intervention pour contrôler, au moment du serment, l’effective connaissance de la langue italienne, et exercer à cet égard toute forme d’opposition“, a-t-il déclaré. 

Le message est également arrivé à Brugnera, avec une lettre signée par le préfet de Pordenone, et Ivo Moras a dû finalement obéir.

«J’ai accepté le serment du citoyen d’origine nigérienne citoyen», a annoncé sur Facebook le maire en personne, qui n’a toutefois pas perdu l’occasion de rétorquer: “Le soussigné et la Lega Nord lutteront, à tous les niveaux, pour veiller à ce que qui devient italien possède ces caractéristiques requises par tout pays démocratique en Europe …”

 

ITALIE – Le nombre des étrangers légaux est en augmentation (ISTAT)

ITALIE – Allocations familiales (2): À partir et jusqu’à quand sont payés les chèques