in

MO IBRAHIM: La corruption mise à prix!

Au prix… de la bonne gouvernance!

C’est l’un des personnages les plus connus d’Afrique, et même du monde. Bill Clinton, Nelson Mandela ou encore Kofi Annan en disent le plus grand bien. A en croire Time Magazine, il fait partie des 100 hommes les plus puissants de la planète. En France, pourtant, personne ou presque ne connaît Mohamed Ibrahim.

alt“Mo”, comme on l’appelle, s’en moque. Il va son chemin, têtu, parfois rugueux, sûr de lui et de ses convictions. “J’ai un souhait, c’est que les Africains, plus tard, disent de moi: c’était l’un des nôtres. Il a eu de la chance, il a réussi, mais il ne nous a pas oubliés”, avoue-t-il simplement.

Mo Ibrahim, 66 ans, est un philanthrope d’un type particulier. Ce milliardaire anglo-soudanais a bâti sa fortune – plus de 2 milliards de dollars aujourd’hui (1,5 milliard d’euros), selon Forbes – sur la téléphonie mobile. Quand il lance sa fondation, en 2006 à Londres, il suscite des sourires sceptiques. 5 millions de dollars pour récompenser, chaque année, un dirigeant africain vertueux qui aura quitté le pouvoir le moment venu, sans s’être rempli les poches? Drôle de façon de s’y prendre.

Sept ans plus tard, le prix Mo Ibrahim est couru en Afrique, et, plus encore peut-être, “L’index Mo Ibrahim de bonne gouvernance“. Chaque année, les 54 pays africains sont évalués par une batterie d’experts autour d’une série d’indicateurs (développement durable, corruption, participation des citoyens au processus politique, santé, droits de l’homme, etc.) puis notés (de 1 à 100) et enfin classés.

En 2012, l’île Maurice, le Cap-Vert, le Botswana et les Seychelles sont arrivés en tête du classement, alors que le Nigeria, locomotive de l’Afrique de l’Ouest, se retrouvait pour la première fois dans la queue du peloton des pays les moins performants.

Dévoilé chaque automne, ce palmarès a un impact considérable en Afrique et chez les bailleurs de fonds. Beaucoup s’en servent pour accorder ou refuser leur aide. Mais surtout, il a fait évoluer le point de vue des Occidentaux sur la façon d’aider l’Afrique. Autrefois, il n’était question que d’assistance financière. Désormais, la bonne gouvernance et le secteur privé sont à l’ordre du jour.

Mo Ibrahim a toujours eu envie de débarrasser l’Afrique de ses dictateurs et d’en changer l’image. En quinze ans, l’Afrique est passée du statut de hopeless continent (“continent sans espoir”) à celui de continent à la mode. Mo Ibrahim s’en amuse et s’en agace.

Lui a compris avant tout le monde que les Africains, y compris les plus démunis, auraient un jour besoin de téléphones mobiles, d’autant plus que les réseaux téléphoniques terrestres manquent cruellement sur le continent noir.

En 1989, cet ingénieur de formation, né au Soudan, élevé à Alexandrie et formé à Londres, lance une société de conseil en téléphonie mobile, après plusieurs années chez British Telecom. Mo Ibrahim parcourt l’Europe, les Etats-Unis et le Japon. Pas l’Afrique (à l’exception de l’Afrique du Sud). Quelques années plus tard, il saute le pas et devient opérateur en créant son propre réseau: Celtel. Cette fois-ci, le continent africain sera sa nouvelle frontière.

La tâche est rude – les banquiers ont une image détestable de l’Afrique et, sur place, la corruption est omniprésente – mais Celtel se déploie en Ouganda, au Malawi, au Congo, en Sierra Leone, au Gabon, avec un mot d’ordre : pas de pot-de-vin. Le succès est rapide, les Africains s’arrachent ses cartes prépayées.

En 2005, l’aventure prend des allures de jackpot : MTC, une entreprise koweïtienne, propose de racheter Celtel pour… 3,4 milliards de dollars ! Mo Ibrahim hésite, puis accepte. Une centaine d’employés de Celtel qui avaient investi dans la société sur ses conseils se retrouvent millionnaires. Leur patron, lui, devient milliardaire.

Plutôt que de flamber son argent, Mo Ibrahim va se consacrer au continent noir. Lui, l’Africain, le citoyen britannique d’origine soudanaise, marié à une cancérologue soudanaise, père de deux enfants, se transforme en mécène. Pas en donateur. “L’Afrique est riche. Elle n’a pas besoin d’aides. Ce qui lui manque, c’est une bonne gouvernance et une plus grande transparence”, martèle-t-il, aujourd’hui comme hier.

Vif, l’oeil rieur, la pipe toujours entre les dents, Mo Ibrahim parle sans détour. Aux Africains qui rejettent sur les anciens colonialistes la responsabilité de tous leurs maux, il rappelle que cinquante années se sont écoulées. Aux Occidentaux qui se plaignent de la corruption en Afrique, il rétorque “qu’il faut être deux pour pratiquer la corruption, comme pour pratiquer l’adultère, et qu’ils feraient bien de balayer devant leur porte”.

Depuis sa création, le prix Mo Ibrahim n’a été attribué que 3 fois: au Mozambiquais Joaquim Chissano, en 2007; au Botswanais Festus Mogae, en 2008; et au Cap-Verdien Pedro Pires, en 2011. A quatre reprises, la fondation Mo Ibrahim a donc préféré s’abstenir.

A ceux qui lui reprochent de donner ainsi une image négative de l’Afrique, Mo Ibrahim répond qu’il s’agit d’“un prix d’excellence” et qu’il ne faut pas le brader sous prétexte qu’il s’agit du continent noir. “On nous critique pour avoir échoué à décerner ce prix. Mais qui a échoué : la fondation ou les dirigeants africains eux-mêmes ?”, demande-t-il.

C’est sans doute cette intransigeance qui lui vaut, en fin de compte, tant de respect. Car Mo Ibrahim n’a pas de véritables détracteurs. Si certains le prennent pour un utopiste, personne ne conteste son intégrité.

Ken Auletta, journaliste américain qui a enquêté des mois durant sur Mo Ibrahim pour The New Yorker, l’atteste : “Il parle en toute liberté. Sa fondation est le reflet de sa sincérité quand il refuse de récompenser des médiocres. Mo Ibrahim est unanimement considéré comme un honnête homme”. 

Malgré les conflits en cours, malgré le vent des révoltes arabes qui souffle sur l’Afrique subsaharienne, Mo Ibrahim estime que le continent noir a fait du chemin, ces dix dernières années, et que le regard des Occidentaux a changé.

“Globalement, la situation s’améliore en Afrique, mais il reste beaucoup à faire car les inégalités, elles, se creusent, dit-il. Elles déchirent le tissu social. C’est ce problème-là qui, aujourd’hui, me préoccupe le plus”. 

LUDWICK MARISHANE: Drybath, ou comment prendre sa douche sans eau

BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT: Le président Donald Kaberuka dévoile la nouvelle stratégie décennale