in

LOUNIS HAMITOUCHE: Le paysan devenu roi du yaourt algérien avec 50 dinars en poche!

La touche d’Hamitouche!

Lounis Hamitouche est le roi du yaourt et aujourd’hui, il veut continuer à développer son empire en s’attaquant au marché du fromage.

altL’histoire de Lounis Hamitouche est étonnante. A 23 ans, ce fils de paysans kabyles décide de quitter son village perché au sommet du mont Djurdjura pour faire fortune en ville. Il n’a que 23 ans, et 50 dinars en poche ! Et surtout une grande rage de réussir. Cela suffira ! La chance lui sourira aussi, mais cela fait partie du jeu…

Il rejoint Alger en autostop ! Les premières années ne sont pas évidentes. Il livre toutes sortes de marchandises entre Alger et Tamanrasset. Il économise pour s’acheter un premier camion, puis quatre autres, toujours avec la même soif de réussir.

Il se lance alors dans la confection mais ce n’est pas son truc. Qu’importe l’échec, il rebondit « par hasard » dans le yaourt. En 1993, Lounis Hamitouche crée Soummam. Avec une vingtaine d’employés, il sort quelque 20.000 pots par jour.  Son groupe compte aujourd’hui plus de 1 350 collaborateurs, et sa production quotidienne de yaourts a été multipliée par… 250 !

Soummam est devenu le numéro 1 du yaourt, devançant la multinationale Danone en Algérie !

Sa société a réalisé un chiffre d’affaires de 33,5 milliards de dinars en 2012. D’ici à 2015, elle compte doubler sa production, à 10 millions de pots par jour, pour répondre à une forte demande intérieure. Soummam est le producteur national de yaourt avec 42% des parts de marché. Son siège se trouve à Taharacht (Akbou, wilaya de Béjaia).

Sa laiterie collecte un volume journalier de 500.000 à 800.000 litres de lait frais, auprès des 4.400 éleveurs répartis sur le territoire national, avec lesquels la laiterie est conventionnée. Elle dispose également de 32 centres de collecte répartis à travers le territoire national. «Nous utilisons de plus en plus de lait frais dans nos préparations, même si cela n’est pas indiqué sur nos emballages, car nous disposons d’un stock important qui a été imprimé il y a longtemps».

Avec fierté, Lounis Hamitouche, ajoute : « Notre objectif principal est d’être complètement autonome en matière de production de lait à l’horizon 2016.  Le taux d’intégration de lait de vache frais est à hauteur de 40%, mais il ne cesse d’augmenter au fur et à mesure que le volume de lait collecté croît en importance. Ce volume annuel global, qui était de 20 millions de litres en 2010, est passé à 120 millions de litres collectés en 2012. »

Soummam a aussi lancé et financé un programme d’accompagnement des éleveurs en matière de formation, d’hygiène, d’alimentation, de collecte de lait, d’équipements spécialisés et de stockage de la matière première. Une véritable chaine.

Aujourd’hui Soummam possède 950 camions frigorifiques distribués à des jeunes. Dans un très proche avenir, la laiterie Soummam lancera une autre usine implantée sur une superficie de 17 ha.

Il est loin le temps, où Lounis Hamitouche venait à pied se faire une place au soleil à Alger et où il se serrait la ceinture pour s’acheter son premier camion et  faire du business.

Avec le fromage, son nouveau défi, il n’a pas fini de faire prospérer son groupe !

IMMIGRATION EN ITALIE: Ernesto Carbone (Parti Démocrate) – “Abolir la Loi Bossi-Fini, honte de l’Italie”

RWANDA: 20ème commémoration du génocide rwandais