in

LILIAN THURAM: “Mes 45 étoiles noires” – La participation des Noirs à la marche du monde

Identité Noire!

L’auteur Lilian Thuram estime qu’il faut éduquer nos enfants à une bonne estime de soi. A travers 45 Etoiles Noires, le footballeur-écrivain Lilian Thuram démontre que l’histoire des Noirs ne commence pas par l’esclavage.

alt

L’auteur Lilian Thuram estime qu’il faut éduquer nos enfants à une bonne estime de soi. A travers 45 Etoiles Noires, le footballeur-écrivain Lilian Thuram démontre que l’histoire des Noirs ne commence pas par l’esclavage. Son essai de 400 pages, présenté dans sa version panafricaine, dresse les portraits de ces personnages ayant révolutionné le monde.

Le Livre de l’ancien international français de football, Lilian Thuram, «Mes Etoiles Noires: De Lucy à Barack Obama» commence par une interrogation. «Quand avez-vous entendu parler pour la première fois des Noirs dans votre cursus scolaire?», demande-t-il, à la page 7 dans l’introduction de l’ouvrage. Un questionnement qui traverse tout le livre et qui justifie, selon son auteur, sa publication.

«Pourquoi j’ai fait ce livre, parce que lorsque j’étais joueur de foot et que les enfants me demandaient de signer un autographe, je leur disais d’accord, mais vous allez répondre à une question : la première fois que vous avez entendu parler de l’histoire des Noirs? Les gens étaient toujours un peu gênés, mais la majorité disait l’esclavage», a raconté le footballeur, lors d’une conférence animée dans le cadre de la présentation du livre coédité par 12 Maisons d’éditions d’Afrique et d’Haïti dont Papyrus Afrique au Sénégal.

Tout au long des 400 pages, le footballeur-écrivain tente de rétablir les choses, en disant surtout aux enfants à travers ces lignes, que l’histoire des Noirs ne commence pas par l’esclavage. Ceci en dressant divers portraits d’hommes et de femmes ayant participé à la marche du peuple noir et du monde.

Les Etoiles Noires de Lilian Thuram au nombre de 45 sont Lucy «notre grand-mère africaine» ; Taharqua «les pharaons noirs» ; Esope «un sage de la Grèce ancienne» ; Frantz Fanon «Peau noire, masques blancs» ; Tupac Amaru Shukur «Ce que le rap nous crie», etc. Ils sont des artistes, écrivains, scientifiques, etc., des révolutionnaires.

«Souvent, on ne se rend pas compte que les enfants garçons et filles n’ont pas assez de nourriture intellectuelle, la plus importante, pour développer l’estime de soi», indique Thuram qui à travers cette œuvre veut y remédier.

A travers sa fondation “Education contre le racisme” qui a publié l’ouvrage, l’auteur «interpelle la société pour faire comprendre que le racisme est une violence faite aux gens qui n’est pas perçue tout de suite et elle est extrêmement négative, parce qu’on intériorise une image négative de soi-même».

Selon lui, peu importe la couleur de peau ou de sexe, mais tout simplement que ces enfants grandissent et sachent que la couleur de la peau ne détermine en rien les qualités et les défauts d’une personne. «Malheureusement combien de parents s’arrêtent pour discuter de ces questions avec leurs enfants. Culturellement nous avons été conditionnés à penser à travers la couleur de la peau ou le genre, et de génération en génération on reproduit ces hiérarchies de façon inconsciente», fait remarquer l’ancien footballeur de l’équipe de France, invitant à acquérir des connaissances pour ne pas être dans la victimisation.

«Il faut que l’on éduque nos enfants à une bonne estime de soi, quand vous avez une bonne estime de vous, il n’y a pas de limite», conseille Thuram qui s’est déjà rendu en Guinée, au Bénin pour la promotion de son livre. Des intellectuels saluent l’engagement de l’auteur.

Pour le professeur Iba Der Thiam, Lilian Thuram à travers son livre «Mes Etoiles Noires… » est fidèle aux messages de Aimé Césaire. «Vous êtes fidèle aux messages de Césaire et Frantz Fanon, vous venez d’un pays où l’on a toujours combattu pour la dignité de l’homme noir», dit-il tout en soulignant le style sobre, iconoclaste et stimulant de l’ouvrage.

L’historien a appelé la jeunesse à avoir confiance en elle-même, car elle a mille façons de modèles, de références. Iba Der Thiam déplore toutefois que ces figures ne soient pas mentionnées dans les dictionnaires prétendument universels.

Selon le représentant du Recteur, l’ouvrage de Thuram change une certaine perception que l’on a de notre histoire. «Cela va permettre aux jeunes d’être fiers de leurs ancêtres, d’apprendre sur eux et d’assumer leur identité», souligne-t-il.

L’ancien ministre et écrivain Cheikh Hamidou Kane a ressenti, dit-il, un choc en lisant le livre de Thuram, le même qu’il a eu en parcourant pour la première fois «Cahier d’un retour au pays natal» de Aimé Césaire. «Le Cahier m’a appris que j’étais nègre et noir», fait-il savoir.

D’autres intellectuels comme les anciens ministres Abdoulaye Elimane Kane, Abdou Fall, Penda Mbow, le philosophe Hamidou Dia, etc., ont salué la pertinence de l’ouvrage.

L’auteur Lilian Thuram, qui a également été reçu en audience par le président de la République sénégalaise, Macky Sall, s’est aussi rendu à Toubab Dialaw en compagnie d’une cinquantaine d’enfants.

Né en 1972, à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), l’ancien footballeur international français, a publié en dehors de cet essai «Mes Etoiles Noires», une bande dessinée intitulée «Mon Histoire » qui raconte la vie de sa famille.

EMMANUEL KABONGO: Acteur international d’origine congolaise

HOROSCOPE AOUT 2014: Poissons (20 Février- 19 Mars)