in

LIBYE: Les rebelles du CNT ont un nouveau chef d’état-major

Souleymane Mahmoud remplace Abdel Fatah Younès, tué jeudi 28 juillet 2011, à Benghazi.
Le Conseil national de transition (CNT) a désigné un nouveau chef d’état-major des «Forces armées de la Libye libre». Sur le meurtre de Younès, le CNT ccuse une milice infiltrée à la solde de Kadhafi, mais les circonstances exactes de cet assassinat sont encore floues.

Comme Younès, le général Souleymane Mahmoud a rallié la révolution aux premières heures de l’insurrection. Comme lui toujours, il fait partie de la tribu des Oubeidis, une influente tribu de l’est du pays, implantée notamment à Tobrouk.

Tout en ne remettant pas en cause les compétences militaires du nouveau chef d’état-major, Abir Imnina, professeur de sciences politiques à Benghazi juge que Souleymane Mahmoud n’a pas brillé sur le terrain depuis le début des combats. Pour elle, le CNT a, par cette nomination, surtout voulu rassurer la tribu des Oubeidis, après l’assassinat du général Younès.

Les proches du défunt eux, réclament une justice rapide. Un de ses fils, Mouattassim Abdul Fatah, accuse des «traîtres» et parle de «conspiration». De son côté Salwa Faouzi el-Deghali, membre du CNT chargée des affaires juridiques et des femmes, affirme que la commission d’enquête a bel et bien commencé son travail. De toute façon, «on finira bien par savoir ce qui s’est réellement passé, assure un proche du CNT. En Libye, les gens parlent, dit -il, les secrets ne se gardent pas longtemps», assure un proche du CNT.

Ismael Ali

IMMIGRATION: Agenda européen pour l’intégration

FESTIVAL DE KHOURIBGA: Victoire du film égyptien “Six, sept, huit”