in

LA ROUTE DE L’ESCLAVE: Les experts d’Afrique centrale demandent la relance de ce Projet UNESCO

Traité sur la traite!

Réunis en atelier régional sur la traite négrière et le tourisme de mémoire à Pointe-Noire du 25 au 27 août, les experts de l’Afrique centrale ont suggéré la mise en place d’un réseautage de chercheurs, d’universitaires et d’écrivains qui travaillent sur la traite négrière.

Réunis en atelier régional sur la traite négrière et le tourisme de mémoire à Pointe-Noire du 25 au 27 août, les experts de l’Afrique centrale ont suggéré la mise en place d’un réseautage de chercheurs, d’universitaires et d’écrivains qui travaillent sur la traite négrière. Durant 3 jours, les experts venus de la République démocratique du Congo, du Tchad, du Cameroun, du Congo, composés essentiellement d’enseignants, des chercheurs, des gestionnaires du patrimoine, des conservateurs de musées, des autorités locales ont échangé sur la problématique de la traite négrière et le tourisme de mémoire.

Un atelier organisé par le Bureau régional multisectoriel pour l’Afrique centrale de Yaoundé et le Bureau de Brazzaville en partenariat avec le ministère de la Culture et des arts de la République du Congo. Ce 1er atelier régional sur la traite négrière et le tourisme de mémoire s’inscrit dans le cadre de la célébration des 20 ans du projet “La Route de l’esclave”, fondé sur le triptyque : résistance, liberté et héritage avec comme leitmotiv d’assumer le passé, comprendre le présent et construire ensemble l’avenir.

Les communications ont mis en lumière les différents travaux de recherches sur la traite négrière et l’esclavage en Afrique centrale et dégager la nécessité de promouvoir et valoriser les vestiges de cette histoire à travers le tourisme de mémoire. Les participants à l’atelier ont eu droit à une visite guidée du site négrier dit « Ancien port d’embarquement des esclaves de Loango », situé à Loango à une vingtaine de kilomètres de Pointe-Noire. Ils ont découvert un site dont la stèle actuellement en ruine nécessite plus d’attention en la bâtissant sur des bases solides pour assurer sa préservation et sa mise en valeur.

À l’issue des travaux, les participants ont fait des recommandations aux pays de l’Afrique centrale sur la relance du projet de l’Unesco « La Route de l’esclave » dans toute la région, la révision des contenus des manuels d’histoire, en particulier ceux de la traite négrière, l’exhortation des Parlements nationaux à adopter la loi reconnaissant la traite négrière comme crime contre l’humanité, l’invite aux États à intégrer davantage l’enseignement de l’histoire nationale, de l’Afrique et de la traite négrière dans les cursus et le renforcement de la formation des professeurs d’histoire, la déclaration de la traite négrière génocide contre l’humanité. Il a été aussi suggéré de faire prendre des dispositions législatives et réglementaires en faveur de la promotion du tourisme de mémoire.

À l’Unesco, les participants ont sollicité son expertise et son appui pour la mise en place d’un réseau de chercheurs sur la traite négrière et l’esclavage en Afrique centrale et pour la création ou le renforcement des comités nationaux de la route de l’esclave dans les pays de l’Afrique centrale, le partage des travaux et activités réalisées dans les autres continents sur la traite négrière et l’esclavage.

Clôturant les travaux, Samuel Kidiba, directeur général du Patrimoine et des Archives a déclaré : « Nous osons croire que ce brassage d’intelligences servira à traduire dans les faits les projets fédérateurs au niveau de la région d’Afrique centrale, des projets qui intégreront la mémoire, le passé, l’histoire, l’économie et le tourisme, des projets qui favorisant une véritable intégration régionale à visage Cultuel des pays de l’Afrique centrale qui ont du mal à décoller. »

R.D. CONGO: Congo Electric Motors met en vente les véhicules électriques!

SUD SOUDAN: Un hélicoptère ONU abattu!