in

KENYA: Kingwa Kamenchu – la plus jeune des candidats à la prochaine élection présidentielle

Jeune et prete à diriger!

A 28 ans, Kingwa Kamenchu, membre du Parti Travailliste de son pays, n’utilise pas seulement tout son élan pour gagner l’élection en mars 2013 : elle a également l’intention de diriger le pays en vue d’un futur prospère.

altJe me suis intéressée à la politique il y a 10 ans, alors que j’étais étudiante en licence à l’Université de Nairobi. Je me suis présentée pour être trésorière quand j’étais en première année et à la présidence en seconde année. Je n’ai pas été élue, mais cela m’a permis d’être impliquée et d’apprendre beaucoup. J’ai continué à suivre la politique. Je ne me suis pas présentée aux élections générales de 2002, bien que de nombreuses personnes m’y avaient poussé. Je sentais que ce n’était pas le moment. Cependant, j’ai soutenu certains de mes collègues qui se présentaient“, dit Kingwa Kamenchu.

Kingwa Kamenchu a quitté le Kenya en 2009 pour suivre un master en Etudes africaines à l’Université d’Oxford. Pendant son séjour au Royaume-Uni, elle s’est intégrée à l’African Society, une organisation où les étudiants africains discutent de sujets concernant leur continent.

Le point de mire était l’organisation de conférences panafricaines. Cela a rassemblé les étudiants. Ces conférences ont influencé ma décision de me présenter à la présidentielle. J’ai décidé que je voulais faire quelque chose qui aurait une influence positive.”

La campagne présidentielle de Kingwa Kamenchu se focalise sur un certain nombre de problèmes qu’elle pense prioritaires. “Une des questions principales est comment réduire le chômage. Il y a également le problème des terres qui ont causé beaucoup de conflits dans les provinces.”

Les analystes politiques ont noté que les problèmes relatifs aux terres ont contribué au développement des violences postélectorales de fin 2007. Des mesures de réforme des terres ont été mises en place dans la nouvelle Constitution sous la présidence de l’actuel président Mwai Kibaki, il y a quelques années. Cependant, le Kenya est toujours confronté au problème des déplacés, qui ne sont toujours pas rentrés chez eux depuis les violences postélectorales.

Kamenchu espère que sa campagne présidentielle fournira de nouvelles solutions aux problèmes du pays : “Nous voulons faire les choses différement. Etre un peu plus innovateur au niveau des solutions que nous préconisons. Le fait de régler les problèmes sur les bases tribales a abimé notre tissu social. Nous voulons voir plus loin que ces questions tribales.”

La campagne présidentielle de Kamenchu fait également beaucoup usage de Facebook et Twitter pour atteindre les électeurs. Contrairement aux campagnes précédentes, l’utilisation des médias sociaux par les personnalités politiques est maintenant un outil de grande importance pour véhiculer les messages, en particulier au sein de la jeunesse urbaine.

Un outil dont elle a besoin, étant donné son manque d’expérience politique.

CAN 2013 – Tous les chiffres de la compétition continentale de football !

AFRIQUE DU SUD: L’Archevêque Desmond Tutu primé pour son engagement social par la Fondation Mo Ibrahim