in

JOURNÉE SANS IMMIGRÉS: “1er Mars – 24H Sans Nous!”: grande participation dans toute l’Italie!

Une 3ème Journéeà l’enseigne de la lutte contre les discriminations.

De nombreuses initiatives, auxquelles ont adhéré les mouvements, associations et syndicats. Au programme des démonstrations, débats, rencontres, flash mobs, et musique “contre le racisme institutionnel et de l’insécurité», a déclaré le Réseau Réseau National des Comités pour le “Premier Mars”.


Pour la 3ème année consécutive, les étrangers d’Italie ont manifesté, le 1er Mars, pour la “Journée de grève nationale des immigrés”. Les rues et les places étaient colorées de jaune, le symbole choisi pour sa neutralité politique et parce que considéré comme synonyme de changement.

 

La date du 1er Mars est ainsi devenue un important point de référence: cette année aussi, conformément à l’appel des organiosateurs, elle a été une journée de mobilisation et d’expérimentation de nouvelles formes de lutte.

«Cela est encore plus important, après les pogroms des Roms (Gitans) comme ceux de Torino et les meurtres de Mor Diop et Samb Modou, à Firenze. Des assassinats racistes qui ont vu une grande réaction, le 17 décembre 2011, guidée par des milliers d’immigrés descendus dans les rues de Firenze. Il est temps de clarifier et de dire que le racisme n’est pas seulement un phénomène culturel, mais il s’appuie sur dles lois et des mesures administratives qui considèrent les immigrés comme des bras à exploiter ou des ennemis à combattre», souligne le Réseau National du “1er Mars” qui observe qu’il en est ainsi dans divers secteurs auxquels doit se confronter la vie de l’immigré:

● le contrat de séjour pour travail;

● la présence de la Cie (ex-CPT);

● l’escroquerie de la “sanatoria” (régularisation de masse) de 2009;

● la logique des flux;

● la création des réfugiés des révolutions en Afrique du Nord et la non reconnaissance de fait du droit d’asile;

● les fils qui, à l’âge de 18 ans, doivent se soumettre aux règles impossibles du permis de séjour d’études ou devenir des bras à exploiter avec un permis de travail;

● le principe du permis de séjour à points;

● la super taxe sur les permis de séjour qui décharge sur les salaires des immigrés le coût de ces politiques. Les immigrés paient les taxes et les coûts de la crise comme tous les autres travailleurs et travailleuses et la nouvelle taxe ira s’ajoutée à tout cela et à à ce que ça coûte aujourd’hui pour renouveler le permis de séjour et aux 30 euros qui doivent inexplicativement être versés aux Postes italiennes.

La situation des immigrés est différente de tous les autres, parce que «seulement pour eux la précarité et la crise économique peuvent conduire à la détention administrative et mettre en péril leur permis de séjour. Hors de toute rhétorique de la solidarité, reconnaissons que la clandestinité politique des immigrés et le racisme institutionnel ont augmenté en tout le monde l’insécurité. C’est pour cela que nous descendons dans les rues, tous ensemble pour une mobilisation contre la précarité de plus en plus diffusée. Les luttes menées par les immigrés, ces dernières années, nous ont enseigné qu’il ne peut pas y avoir aucune véritable amélioration sans le protagonisme direct en première ligne”.

Le Mouvement “1er Mars” revendique donc:

■ l’abrogation de la loi Bossi-Fini;

■ l’annulation du contrat de séjour de travail;

■ la fermeture de tous les CIE (Centre d’Expulsion et d’Identification) en Italie et en Europe,;

■ la nationalité italienne automatique aux enfants nés en Italie, l’abolition du permis de séjour à points;

■ l’annulation des nouvelles taxes sur le permis de séjour;

■ la “sanatoria” (Règularisation de masse) des sans-papiers, sans fraude et sans produire d’ultérieures hiérarchies, la reconnaissance du droit d’asile sans délai , les retards et discrétionnlité;

■ l’élimination de la précarité et un “welfare” (système de protection sociale) qui ne soit pas basé sur l’exploitation et l’exclusion de certains.

PRÉSIDENTIELLE SÉNÉGALAISE: Les chances et les handicaps de Wade et Sall

PRÉSIDENTIELLE SÉNÉGALAISE: Youssou Ndour se range du côté de Macky Sall