in

ITALIE – Manager de showbiz accusé de vol pour le simple préjugé qu’il est noir

L’entrepreneur Dani Punto Rojo, âgé de 30 ans, aurait été pointé du doigt comme un voleur par le propriétaire d’une discothèque où il dansait ses “Puppets”: «Il est noir, le voleur doit être lui». Tout ça pour des raisons raciales.

 

«Nous avons été victimes de discrimination raciale comme club sportif et comme personnes», déclare Dani Punto Rojo, propriétaire du magasin de vêtements “Caveau” à Via Collalto à Treviso et fondateur de “Puppets Family”, un groupe de danse hip-hop réputé basé dans la ville. Dani et deux de ses jeunes danseurs ont été accusés d’avoir volé 20 euros et deux boucles d’oreilles dans le vestiaire d’un club célèbre de la Castellana où ils participaient à une soirée musicale.

«Le club nous cherchait depuis plusieurs mois pour collaborer, mais nous avions toujours refusé l’invitation parce que nous étions très occupés. Pour samedi, cependant, nous avions convenu de faire l’animation de danse de la soirée, également en vue de la programmation hivernale de la discothèque qui nous aurait vu impliqués en première personne. Tout s’est bien passé dès le début, les filles se sont amusées et elles ont dansé en grand, si bien qu’elles ont reçu les compliments du public et des organisateurs de l’événement. Mais quelque chose a soudainement flanché», raconte Dani Punto Rojo. 

Et d’expliquer: «En effet, pendant une pause, deux employés du club âgés de vingt ans se sont présentés dans le vestiaire et nous ont immédiatement accusés d’avoir volé 20 euros et deux boucles d’oreilles dans le vestiaire. Dès le début, nous avons essayé d’expliquer que nous n’avions rien à voir avec cela, mais déjà, peu après, nous avons été malement éloignés des coulisses et emmenés pour nous fouiller les poches, les sacs à dos et les sacs. Evidemment, ils n’ont en effet rien trouvé et peu après, nous sommes retournés dans la salle pour finir ce pour quoi nous avions été appelés. A la fin de la soirée, cependant, l’amère surprise: le propriétaire a refusé de nous payer les 300 euros convenus et a demandé aux gardes du corps de nous escorter à l’extérieur, où nous avons été alors ouvertement accusés de vol. En fait, à dire vrai, le propriétaire m’a accusé, moi principalement, à tel point que ma copine (une des danseuses, ndlr) s’est entendue dire explicitement: “c’est le noir! Qui d’autre veux-tu que ce soit?”».

Ce à quoi rétorque Dani Punto Rojo: «C’est vrai, je suis noir, mais en sommes-nous vraiment arrivés au point où la seule la couleur de la peau devrait me laisser soupçonner d’un vol? Pour l’amour de Dieu, ve meme pour une fouille personnelle, si on a des doutes. Cela ne m’est jamais arrivé dans les centaines d’événements auxquels nous avons participé dans tout le pays, mais il y a toujours une première fois. Ce qui me met en boule, c’est d’être accusé publiquement, seulement sur une base raciale, comme une idée préconçue. Cependant, je ne laisserai pas cette histoire impunie: je me suis déjà rendu chez les Carabiniers de Castelfranco Veneto pour expliquer ce qui s’est passé et j’intenterai un procès. En fait, il n’est pas possible qu’en 2019, il y ait encore des gens qui ont des comportements racistes et ignorants, simplement parce que c’est la réponse la plus facile et la plus immédiate à leurs problèmes».

ITALIE: Récolte des fruits en crise faute de main d’oeuvre étrangère

ITALIE – Allocations familiales (1): Travailleurs y ayant droit