in

ITALIE – Les étrangers arrivés avec un visa touristique peuvent-ils travailler?

J’aimerais embaucher une jeune étrangère comme “badante” (aide-soignante). Actuellement son visa touristique est périmé. Comment puis-je la régulariser?

 

Il est impossible d’un étranger qui est en Italie pour tourisme, de travailler, indépendamment du fait que le visa soit encore valide ou périmé. La loi actuelle précise que les étrangers intéressés à travailler en Italie doivent déjà être en possession d’un permis de séjour autorisant à travailler ou, s’ils résident à l’étranger (hors de l’Italie), l’employeur doit voir s’il y a des quotas d’embauche dans le cadre du Décret des flux de l’année de référence.

Le Décret des flux laisse cependant peu d’espoir. Les seuls quotas qui pourraient être exploités pour faire venir en Italie et embauche une “colf” (femme de ménage) ou tout autre employé (lavoratore subordinato) sont en effet seulement 100 et sont réservés aux travailleurs d’origine et de nationalité italienne et argentine, brésilienne, uruguayenne ou vénézuélienne.

L’employeur intéressé à embaucher un étranger résidant à l’étranger comme travailleur domestique, après avoir vérifié les quotas disponibles dans le Décret de flux, peut transmettre via Internet la demande  électronique pour le “nulla osta” (autorisation) de travail salarié au “Sportello Unico” (Guichet Unique) pour l’Immigration.

CONDITIONS REQUISES POUR LE “NULLA OSTA”

Pour obtenir le “nulla osta”, l’employeur doit remplir les conditions suivantes: 

♦ démontrer (avec la documentation appropriée) d’avoir vérifié avec le “Centro per l’Impiego” (Centre pour l’Emploi) l’indisponibilité d’un travailleur présent en Italie, à effectuer le type de travail en question.

♦ garantir un logement adéquat convenable; 

♦ assurer des conditions de travail;

♦ payer de sa poche les frais de rapatriement de l’étranger dans son pays d’origine.

Dr. Maria Elena Arguello

SANTÉ – Comment faire correctement une injection

ADAMA KAMATÉ ET MALIK TIKPI: la belle histoire d’intégration de deux réfugiés ivoiriens en Italie