in

ITALIE – Le maire de la Lega écrit un post contre un tunisien mais surprise: c’est le tunisien la victime

 “A coups de pieds dans le cul”: c’est ce qu’a écrit le maire de la Lega dans un post contre un Tunisien, accusé d’avoir incendié une voiture.

 

Un Italien de 60 ans avec des problèmes psychiques brûle la voiture d’un Tunisien, mais le maire inverse la nouvelle et écrit un article contre ce dernier. Le PD (Parti Démocrate) l’attaque, il l’enlève de son mur.

La manie des clics et la recherche de l’émulation de son leader Matteo Salvini conduit à faire des erreurs. Et puis, à devoir s’excuser. C’est ce qui est arrivé à Andrea Cassani, maire de Gallarate, dans la région de Varese. Il a rapporté sur son profil Facebook officiel la nouvelle d’un incendie criminel contre une voiture dans sa ville avec le commentaire suivant: “Tunisien incendie une voiture  pour tuer le temps: ça se passe aussi en Italie, où un Tunisien de 60 ans, s’ennuyant, a mis le feu à une voiture. Dans un monde juste, cet homme devrait payer pour la voiture et ensuite être renvoyé dans son pays d’origine. En Italie, il ne passera même pas une journée en prison et ne dépensera même pas un euro pour payer les dégâts”.

Un post dans le plus pur style salvinien, avec des croix et des majuscules pour souligner la “nouvelle” et hashtags conséquents, c’est-à-dire “immigration, Lega, Salvini”.

Dommage que la nouvelle était fausse, ou plutôt, elle a été inversée: c’est un Italien de 60 ans, avec des problèmes mentaux, qui a brulé la voiture d’un Tunisien. Victime donc et pas l’auteur de l’acte délictueux.

Le poste, a été immédiatement retiré, mais comme le Web ne pardonne pas, quelqu’un avait déjà fait la capture d’écran de la phras.

Montrant quelques limites dans la compréhension des textes écrits, Cassani lit qu’un homme d’une soixantaine d’années avec des problèmes mentaux met le feu à la voiture d’un Tunisien. Et qu’est-ce qu’il fait? Il transforme la victime en bourreau et confond un patient psychiatrique avec un délinquant: pour Cassani, c’est difficile à lire quand son grand bureau de presse est en vacances!“, a déclaré le PD.  

Quelques heures plus tard, mais cette fois-ci à partir de son profil privé, le maire a écrit un long post attaquant ceux qui avaient signalé son erreur et les journaux (toujours dans le style de Salvini), comme si l’erreur était de peu d’importance: “J’ai reconnu avoir mal lu une nouvelle et après avoir écrit un mauvais post, je l’ai effacé en 6 minutes. Et que se passe-t-il? Les oppositions de l’Assomption, plus soucieuses de me suivre sur Facebook que leurs vacances, ne pouvaient rien attendre pour m’attaquer… les détesteurs de profession. Mais le clou ce sont les journaux qui vivent des faux scoops payés qui me condamnent pour avoir écrit un mauvais post (effacé après 6 minutes, avec le constat d’une erreur). Si les détracteurs se jettent sur moi pour un commentaire (erroné) à une nouvelle, cela signifie que du point de vue administratif, en 3 ans, vous n’avez rien trouvé à contester avec une telle emphase; si les nouvelles sont vue aussi rapidement et par de nombreuses personnes sur Facebook, les journaux poubelles d’un certain type auront une vie courte“.

FÉLICITÉ MBÉZÉLÉ: L’actrice camerounaise s’est affirmée une brillante carrière en Italie

ITALIE: La Région Piemonte démarre un projet pour le rapatriement volontaire des migrants