in

ITALIE – Avec “Quota 100”, quand sera-t-il possible d’aller à la retraite?

Quand sera-t-il possible d’aller à la retraite avec “Quota 100”, une des mesures les plus attendues du soi-disant Paquet Sécurité.

 

A partir de 2019, on pourra quitter le boulot avant, à condition de prendre moins de sous: voilà le projet de l’énième réélaboration du système de la prévoyance sociale. Ils manquent encore les détails d’actuations de cette réforme voulue par le parti de la Lega. Cette nouvelle prévision mine l’équilibre des comptes de l’INPS (Institut National de Prévoyance Social), créant un déséquilibre de 100/140 milliards par an et c’est le motif pour lequel l’Union Européenne (UE) a effacé cette proposition, en la renvoyant au Parlement italien pour être modifiée dans trois semaines au plus tard. À la base de cette nouvelle modalité, il y a la possibilité d’aller à la retraite avec 38 ans de cotisation et 62 ans minimum: la soi-disant “Quota 100” (62 + 38 = 100).

Cette option sera faisable à partir de février 2019 pour ceux qui ont mûri les deux conditions à remplir; on ne peut pas descendre en-dessous de ce seuil de cotisation, et donc d’autres sommes ne sont pas valables: par exemple: 64 (ans) + 36 (cotisations). C’est pratiquement une nouvelle forme de pension de vieillesse.

Demeurent toutefois les autres combinaisons de retraite, notamment:

travaux éreintants:  demeure la règle des 35 ans de cotisations et un âge minimum de 61 ans et 7 mois;

chômeurs: l’APE (Anticipation de la Pension) n’est pas modifié et reste donc en vigueur la règle des 30 ans de cotisations et 63 ans minimum;

travailleurs ayant 67 ans minimum et 20 ans de cotisations;

travailleurs ayant 41 ans de cotisations à n’importe quel âge.

Ils auraient environ 400.000 italiens qui rentrent dans ces conditions de “Quota 199”, généralement des fonctionnaires publics ou dirigeants qui iraient à la retraite avec des montants allant de 1.500 à 2.500 euros par mois. Si tous les potentiels bénéficiaires y adhéraient, la mesure coûterait aux caisses publiques 7 milliards euros, la première année, et 17 autres milliards jusqu’au 2021. Ce départ en pension anticipé comporterait cependant des chèques plus bas, de 4% environ selon l’INPS.

Ces nouvelles règles concerneraient seulement les inscrits à l’INPS, étant jusqu’aujourd’hui exclus les professionnels inscrits aux respectives caisses de prévoyance sociale.

Afin de récupérer des ressources pour pouvoir réaliser la réforme de la retraite, le gouvernement a l’intention de couper les soi-disant pensions d’or; une première option prévoirait deux options: d’une part, la réduction des pensions au-dessus de 4.500 euros nets par mois, avec un réduction de 2% du chèque pour chaque année d’anticipation par rapport à 67 ans, et d’autre part, le blocage de la réévaluation des pensions sur la base du taux d’inflation.

Pour toute l’année 2019, l’exécutif maintiendra “Opzione Donna” (Option Femme), la mesure qui permet aux femmes d’aller en retraite à 58 ans, pour les employées, et 59 ans pour les travailleuses auto-employées (entrepreneuses unipersonnelles), à condition d’avoir atteint 35 ans de cotisations. 

RAPPEL:  Cette option comporte une réduction de 20% environ sur le chèque plein.

Il est intention du gouvernement de porter à 780 euros tous les chèques affectés, tenant compte de l’entier noyau familial, du seuil ISEE (Indicateur de la Situation Economique Equivalente) et des échelons supposés par les mesures à l’appui du revenu. Par exemple, 2 conjoints avec la pension minime n’auraient pas droit à 1.560 euros (780 x 2) mais à 1.170 euros, c’est-à-dire le montant du “reddito di cittadinanza” (revenu de citoyenneté) pour les couples sans enfant. Ce montant sera ensuite réduit au cas où les demandeurs sont propriétaires de leur maison.

SANTÉ – Thé d’origan: puissant remède contre les toux et les bronchites

ITALIE: La Loi du Budget octroie des avantages pour 20 ans à qui fait 3 enfants