in

ISRAEL: Les demandeurs d’asile africains poursuivent leur mouvement à Tel-Aviv

Tel-Aviv sur le qui-vive!

Les demandeurs d’asile africains en Israël restent mobilisés. Ils ont continué à manifester, lundi 6 janvier 2014 à Tel-Aviv, pour réclamer un statut de réfugié et la libération de ceux qui ont été emprisonnés, parce qu’arrivés clandestinement en Israël. La veille une manifestation a réuni 30.000 personnes à Tel-Aviv. Un record.

altLes demandeurs d’asile africains en Israël restent mobilisés. Ils doivent continuer à manifester ce lundi 6 janvier à Tel-Aviv pour réclamer un statut de réfugié et la libération de ceux qui ont été emprisonnés, parce qu’arrivés clandestinement en Israël. Ce dimanche, une manifestation a réuni 30.000 personnes à Tel-Aviv. Un record.

Ils sont des dizaines de milliers rassemblés dans le calme, en plein cœur de Tel-Aviv. Tous africains, arrivés clandestinement en Israël. Certains sont en situation illégale, d’autres ont des visas temporaires. Mais tous réclament que leurs demandes d’asile soient étudiées.

«Je suis demandeur d’asile, car j’ai des problèmes dans mon pays. C’est un régime dictatorial, sans pitié, qui met les gens en prison sans forme de procès. Nous voulons que le gouvernement israélien nous reconnaisse comme réfugiés. Nous sommes ici, car nous avons fui les persécutions dans notre pays, pas pour des raisons économiques. Nous ne sommes pas là pour faire de l’argent!», se révolte Chawit, arrivé il y a 3 ans d’Érythrée.

Les manifestants protestent aussi contre la multiplication des arrestations. «Quatre cents personnes ont été jetées en prison parce que leur visa avait expiré. Le but des autorités est d’envoyer tout le monde en prison pour nous renvoyer ensuite dans notre pays d’origine», accuse Tadessa, un autre Érythréen. Le mois dernier, le gouvernement israélien a voté une nouvelle loi permettant d’emprisonner pendant un an sans procès tout immigré clandestin.

R.D. CONGO: Deux militaires arrêtés suite à la mort du colonel Mamadou Ndala

IMMIGRATION EN ITALIE: Ernesto Carbone (Parti Démocrate) – “Abolir la Loi Bossi-Fini, honte de l’Italie”