in

INDUSTRIE LAITIERE: Le continent, «marché poubelle» du lait européen

Ouste la poubelle, s’il vous p…lait! 

En vue d’une sortie de crise du secteur laitier, le ministre allemand de l’Agriculture, Christian Schmidt, envisage une exportation accélérée de produits laitiers européens vers l’Afrique. 

alt

Pour les Ong, cette approche est dangereuse pour la filière laitière dans les pays en développement. Christian Schmidt y voit une sortie possible de l’Allemagne de la crise laitière, grâce à une augmentation des ventes de produits laitiers sur le marché mondial. Pour les Ong allemandes, cette stratégie pourrait avoir des conséquences désastreuses pour les économies des pays en développement.

Les produits laitiers allemands sont touchés par une série de crises depuis la suppression des quotas laitiers par l’Union européenne (UE) et de la chute des marchés d’exportations chinois et russe. Le lait en poudre et la poudre de lactosérum représentent environ 60 % des exportations laitières européennes. La plus grande partie de ses ces exportations va en Afrique. Rien qu’en 2013, l’Afrique subsaharienne aura absorbé 1/5 des exportations de lait en poudre européennes, et 14% en Afrique du Nord.

Kerstin Lanje, spécialiste de commerce international et de nutrition chez Misereor, craint qu’une «augmentation des exportations européennes n’appauvrisse encore davantage les producteurs locaux et leurs familles, qui constituent un tiers de la population».

Pour Francisco Mari, de Bread of The World, les exportations de lait pourraient nuire à l’Afrique tout comme l’ont déjà fait les exportations de volaille, transformant ainsi le continent en «marché-poubelle» pour les produits européens. Dans le cadre des accords de partenariats économiques, certains pays d’Afrique subsaharienne ont subi certains accords de libre-échange avec l’UE. Si les partenariats économiques garantissent aux producteurs européens l’accès libre aux marchés africains, alors que les pays africains sont soumis à une batterie de normes. Cette distorsion est toujours en défaveur de l’Afrique.

Les groupes laitiers seraient en plein offensive en Afrique. C’est le cas d’Arla, Friesland Campina et de Danone, qui cherchent à augmenter leur investissement dans l’industrie laitière africaine, notamment en Côte d’Ivoire, au Nigeria, au Kenya, etc. Le lait en poudre enrichi en graisses végétales, qui est destiné à la tranche la plus basse du marché, est le dernier succès de l’exportation européenne en Afrique. Ces dix dernières années, les exportations de l’UE ont été multipliées par plus de deux.

INSULTES CONTRE PRINCE BOATENG? “Des mesquins mais pas des racistes”, d’où les absolutions!

CENTRAFRIQUE: Viols d’enfants – Trois soldats français formellement identifiés