in

IMMIGRATION IRRÉGULIÈRE – Pour les femmes migrantes, un destin presque marqué: la souffrance du viol

Violées, mutilées, contraintes à des mariages précoces: tel est le sort de la plupart des femmes qui sont en marche vers l’espoir d’un avenir meilleur. C’est ce qui ressort du projet SWIM (“Safe Women in Migration”: Sécurité Féminine dans la Migration) mené par la Fondation “Albero della Vita” (Arbre de Vie) et la Fondation ISMU (Initiatives et Etudes sur la Multiethnicité).

Migrer signifie fatigue, douleur, solitude, risque de mort: et aussi violence pour les hommes et les femmes. Une recherche menée par la Fondazione “Albero della vita” avec la Fondazione ISMU (projet SWIN – Safe Women in Migration) à travers des interviews avec 437 opérateurs qui s’occupent des migrants, montre que la majorité des femmes ont subi de multiples formes de violence de la part d’hommes connus et de trafiquants dans leur pays d’origine ou pendant le voyage. La violence physique, sexuelle et psychologique est présente de manière significative dans tous les pays. Les cas de torture ont été principalement détectés en France (49%) et en Italie (38%), tandis que les cas de mutilations génitales et de mariages forcés sont fréquemment détectés par les opérateurs français; cela dépend en partie du pays d’origine des femmes demandeuses d’asile et réfugiées, où ces formes spécifiques de violence à l’égard des femmes sont le plus fréquemment mises en œuvre. La violence sexiste liée à l’orientation sexuelle des migrants est détectée dans une moindre mesure, notamment en Italie (10%) et en Suède (18%). Les différentes formes de violence sont plus fréquemment perpétrées par des hommes qui sont proches des femmes migrantes et font partie de leur famille.

Pour les travailleuses italiennes, les principaux auteurs de violence sont les trafiquants. Les membres de la famille sont reconnus comme responsables de l'”offre” de femmes sur la voie de migration aux trafiquants de manière pertinente en France et en Suède, moins en Italie. Selon les témoignages des travailleuses de tous les pays concernés, la violence se produit principalement dans le pays d’origine, tandis que 28% des travailleuses italiennes identifient le moment où les femmes migrantes sont le plus à risque (62%). Cela dépend au moins dans une certaine mesure des routes migratoires utilisées par les femmes migrantes pour arriver dans les différents pays impliqués dans le projet SWIM.

Dans l’ensemble, les opérateurs de tous les pays pensent que les femmes migrantes subissent des violences plus fréquemment que ce qui en ressort. Les opérateurs italiens (82%) pensent que les femmes migrantes sont originaires d’un pays dont la culture inclut la violence sexiste, alors que pour les opérateurs d’autres pays, l’accord sur ce type d’argument tombe à environ 50%, voire 30% pour les opérateurs suédois. En outre, selon les opérateurs, les femmes migrantes semblent être habituées à des niveaux significatifs de violence de genre, alors que tous les opérateurs s’accordent à dire que le phénomène est encore sous-estimé.

Le projet SWIM vise à soutenir les femmes tout au long du parcours migratoire, qui sont plus exposées à la traite des êtres humains, à l’exploitation, à la discrimination et aux abus, surtout lorsqu’elles voyagent seules. Ces violences peuvent se produire à différentes étapes de la route migratoire : parfois déjà dans le pays d’origine, d’autres fois pendant le voyage ou même une fois arrivé en Europe. Avec cette recherche, nous avons voulu enquêter sur le manque de connaissance du phénomène et sur la difficulté de dénoncer ces violences qui dépend de la méfiance envers les autorités, de la culpabilité, de la peur des conséquences, mais aussi du manque d’accès des femmes étrangères à l’information sur les droits reconnus dans chacun des Etats membres de l’UE. De plus, les mères ne signalent souvent pas les actes de violence par crainte d’être éloignées de leurs enfants. Il est de notre devoir et de tout le système d’accueil de protéger les parents et les mineurs” déclare le président de la Fondazione “L’Albero della Vita”, Ivano Abbruzzi.
Et le Secrétaire général de la Fondation ISMU, Vincenzo Cesareo, d’ajouter: “Les femmes migrantes, en particulier celles qui voyagent seules en Libye, courent plus de risques et de dangers de subir des violences. A ce jour, les femmes migrantes qui arrivent par mer représentent 9,9% des migrants débarqués, mais le phénomène de la violence prend des dimensions importantes. Selon les opérateurs du système d’accueil des pays concernés, presque toutes les femmes migrantes d’Afrique ont subi une forme de violence au cours de leur voyage“.
Le projet SWIM est mis en œuvre dans 5 pays européens (France, Italie, Royaume-Uni, Roumanie et Suède) par un partenariat composé de 7 organisations: Fondation L’Albero della Vita (Coordinateur du projet), Croix-Rouge italienne, Fondation ISMU, Croix-Rouge britannique, France Terre D’ Asile, Croix-Rouge suédoise, Association Alternative Social.

Comments

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Loading…

Comments

comments

SANTÉ – Les aliments pour soigner la cystite

Cellulite: 5 aliments à éviter