in

IMMIGRATION ET ENTREPRISE: Environ un demi-million d’entreprises d’immigrés en Italie

Entrepreneurs entreprenants!

L’année dernière le nombre des entreprises d’immigrés a augmenté de près de 5%, tandis que l’entreprise italienne, elle, marquait le pas. Selon Dardanello: «C’est un avantage pour tous, mais il faut faire émerger le travail au noir”.

altElles sont près d’un demi-million, les “entreprises des immigrés”, entreprises unipersonnelles dont le propriétaire est né à l’étranger ou des sociétés de personnes ou de capitaux où la majorité des associés ne sont pas nés en Italie. Et les taux de croissance les plus consistants ont été enregistrés dans les provinces de Naples, Rome, Milan et Monza.

Ce sont les nouvelles données diffusées par Unioncamere, qui parle d’une “armée presque invincible”. Les 497.080 entreprises étrangères, dont 384.318 gérées par des étrangers citoyens nonUE (extracommunautaires) ont progressé à un taux beaucoup plus élevé que le nombre total des entreprises (+4,88 % de 2013 par rapport à 0,21 % du total) et sont augmentées de 23.285 unités, ont contribué à maintenir le bilan de l’état civil de tout l’ensemble du système entrepreneurial italien (augmenté, dans la même période de seulement 12.681 unités).

À la fin de 2013, il y a 3 régions dans lesquelles plus d’un entrepreneur sur 10 est un étrangèr (Toscane: 11,67%; Ligurie: 10,51%; Friuli-Venezia-Giulia: 10,15%) et il y a 14 provinces où l’entreprise étrangère dépasse 10% du total du tissu productif local, avec Prato (24,40%), Florence (14,13%) et Trieste (13,69%) à la tete du classement. Dynamiquement, cependant, les provinces qui ont enregistré les taux de croissance les plus élevés ont été: Naples (15,25%), Rome (9,49%), Monza et Brianza (8,32%) et Milan (7,69%).

Si, en valeur absolue, les activités les plus nombreuses sont dans le commerce (où les entreprises à gestion étrangère sont 175.213) et la construction (126.175), l’année 2013 a vu une augmentation significative au-dessus des sociétés de location, agences de voyages et services aux entreprises (+3.043 entreprises soit +14,84%).

Sous le profil organisationnel, on confirme l’extraordinaire prévalence extraordinaire des entreprises unipersonnelles (400 583), même si parmi les étrangers, tendent à augmenter les sociétés de capitaux (+7,70% en 2013).

Quant à la provenance des entrepreneurs (relativement aux seules entreprises individuelles), le premier pays leader reste le Maroc (61.177). En 2013, cependant, la Roumanie (46.029) soustrait la médaille d’argent à la Chine (45.043). Cependant, les plus fortes hausses enregistrées en 2013 viennent du Bangladesh (+3.576 entreprises).

«Nous sommes en présence d’une totale affirmation dans notre société, du phénomène des “étrangers”, qui peut compter sur les nombreuses entreprises d’immigrés, et à la fois, sur un vaste bassin de la main-d’œuvre de notre système productif, à tout avantage de l’intégration sociale. Une main-d’oeuvre qui fournit une contribution déterminante à la production économique de l’Italie où, selon UnionCamere, en 2011, la valeur ajoutée des travailleurs étrangers a atteint une incidence de 12,8%, soit 178,5 milliards €. Une contribution qui doit etre valorisée faisant émerger les “poches d’illégalité” qui risquent d’éclipser les nombreux étrangers qui, honnêtement et avec passion, contribuent au développement du Système Italie», souligne le président de Unioncamere, Ferruccio Dardanello. 

OSCAR PISTORIUS: Ses émouvantes excuses à la famille de Reeva au procès

NIGERIA: Première économie du continent, détronisant l’Afrique du Sud