in

IMMIGRATION EN ITALIE: Il y a 2 millions d’immigrés qui travaillent mais seulement 26.000 prendront la pension!

Pauvres de nous qui… pensions aux pensions!

Il y a environ 2 millions de travailleurs légalement embauchés en Italie tandis que le nombre de retraités INPS est très bas, tout comme les autres services sociaux . Et s’ils quittent l’Europe avant la maturation du droit à la pension de retraite, ils perdent toutes les contributions versées!

altIl y a 2 millions de travailleurs immigrés dont plus de 300.000 titulaires d’une entreprise unipersonnelle:  ils produisent 10% du PIB italien et versent les taxes et les contributions.

Mais seulement 26.000 parmi eux bénéficieront d’une pension de retraite; au contraire, s’ils quittent l’Europe avant la maturation du droit à la retraite, ils perdent les cotisations qu’ils ont versées

Ce sont les chiffres publiés par  le président de l’INPS (Institut National de Prévoyance Sociale) , Antonio Mastrapasqua , qui a présenté, avec le ministre de l’Intégration Cècile Kyenge, la campagne intitulée «Le travail est la citoyenneté», visant à démontrer la contribution positive des travailleurs étrangers comme valeur ajoutée et leur contribution aux bilans de la Sécurité sociale italienne.

Les citoyens extracommunautaires (non-UE) qui travaillent en Italie sont ainsi distribués:

● 883.000 employés avec des contrats permanents;

● 270.000 employés avec des contrats à durée déterminée;

● 467.000 travailleurs domestiques

● 159.000 opérant dans des activités commerciales;

● 120.000 artisans;

● 19.000 salariés (lavoratori subordinati);

● 136.000 travailleurs agricoles dont 17.000 saisonniers et 1.500 petits agriculteurs;

● 300.000 entreprises unipersonnelles dont 132.000 de commerce au détail ou en gros;

● 74.600 entrepreneurs batiment;

● 27.600 activités de fabrication;

● 15.000 services d’hébergement et restauration;

● 13.800 entreprises de location, agences de voyages et services de soutien aux entreprises;

● 7.000 dans l’agriculture, la sylviculture et la pêche;

● 6.500 services de transport et entreposage;

● 4.400 dans les services d’information et de communication;

● 3.900 services professionnels, scientifiques et techniques.

«Le travail n’a pas de couleur, ni d’appartenance ethnique. C’est le travail, avec ses droits“, a déclaré le ministre de l’Intégration, Cécile Kyenge, soulignant que “les données nous disent que les travailleurs immigrés produisent 10% du PIB“.

Les services accordés aux travailleurs étrangers non-UE sont restreints, a déclaré Mastrapasqua:

● 323.500 bénéficient de l’allocation familiale;

● 297.000 ont l’allocations de chômage;

● 123. 000 jouissent la mise à pied;

● 15.500 ont l’indemnité de mobilité;

● 32.500 reçoivent l’indemnité de maternité;

● 15.000 ont le congé parental.

Pire encore quand il s’agit des pensions. Avec près de 2 millions de travailleurs légalement embauchés en Italie, il n’y a qu’à peine:

● 26.000 étrangers non-UE qui reçoivent une pension de retraite;

● et 38.000 personnes qui ont une pension d’assistance sociale.

Dans le système actuel, si un travailleur non-UE quitte l’Italie, les contributions qu’il a versées déchoient. Il faut convertir les accords bilatéraux afin que le travailleur sache qu’il peut bénéficier des services partout où il décide d’aller travailler“.

Elvio Pasca

R.D. CONGO: Vol inaugural du premier drone de la MONUSCO sur le Nord-Kivu

SPORT ET HOMOSEXUALITE: Coup de projecteurs sur nos célébrités afros gays…