in

IMMIGRATION: Accord d’intégration et permis de séjour à points: c’est parti!

Le point sur le permis de séjour à points!

Toute personne qui entre pour la première fois en Italie devra grouiller pour atteindre certains objectifs, tels que une connaissance élémentaire de la langue et des institutions italiennes. L’intégration sera mesurée avec un score, qui varie en fonction du comportement. Un score trop bas provoquera l’expulsion.

Révolution pour tous les nouveaux immigrés. Dorénavant ceux qui arrivent en Italie, après l’age de 16 ans, et demandent un permis de séjour valable au moins un an, devront signer auprès de “Sportello Unico” pour l’Immigration ou à la Questura, un «accord d’intégration» avec l’État.

Dans l’accord, les étrangers doivent s’engager à:

■ acquérir, dans les 2 ans qui suivent, une connaissance de base de la langue italienne (niveau A2) et une connaissance suffisante des principes fondamentaux de la Constitution Italienne, dles Institutions publiques et de la vie civile en Italie, notamment la santé, l’éducation, les services sociaux, le travail et le fisc;

■ faire fréquenter l’école à leurs enfants;

■ déclarer de respectiez les “valeurs de la Charte des valeurs de la citoyenneté et l’intégration» du Ministère de l’Intérieur.

■ (dans les 3 mois qui suivent la signature de l’accord d’intégration) suivre des mini-cours gratuits de «éducation civique et information sur la vie civile», de la durée de 5 à 10 heures, dispensés dans leur propre langue d’origine ou, si cela n’est pas possible, en anglais, français, espagnol, arabe, chinois, albanais, russe ou philippin. A cette occasion, ils  recevront également des informations sur “les initiatives de soutien au processus d’intégration” (tels que des cours gratuits d’italien) activées dans la province.

L’intégration sera mesurée par des points (ou crédits), dont 16 sont automatiquement assignés à la signature de l’accord.

 

Deux ans après la signature de l’Accord d’intégration, le “Sportello Unico” (Guichet Unique) pour l’Immigration examinera la documentation fournie par l’étranger (attestations de fréquences des cours, titres d’études, etc.). S’il n’y a aucun document satisfaisant, l’étranger devra passer un test.

Dans les deux cas, l’examen se terminera par l’attribution d’un score:

■ 30 points ou plus: accord respecté;

■ 1 à 29 points: repechage avec l’engagement d’atteindre 30 points, dans l’année qui suit:

■ 0 point: expulsion!

Le ministère de l’Intérieur dressera un registre des signataires de l’Accord d’intégration, où seront également annotés tous les scores dont les variations seront constamment communiquées aux intéressés, qui pourront naturellement accéder au controle de leur position.

 

 

 

 

 

 

 

BURKINA FASO: Le colonel Sita Sangaré élu président de la Fédération Burkinabè Football

BOISSONS: Coca-Cola contrainte de changer la recette de son célèbre soda