in

Hyperloop: le super train deux fois plus rapide que l’avion!

Alors qu’en Californie, on attend le feu vert des travaux du circuit pour le test de la futuriste capsule (imaginée en premier par Elon Musk), les Émirats arabes unis annoncent: ça reliera Dubaï à Abu Dhabi.  “Une course contre le temps pour le construire en quatre ans», a déclaré Bibop G. Gresta, vice-président de la start-up américaine qui a signé le projet.

Oubliez les pistes, les contrôleurs dans les wagons et les paysages qui coulent devant les fenêtres. Mais par-dessus tout, les  coûts milliardaires et le gaspillage des ressources énergétiques. Dans un proche futur, voyager en train aura un impact nul sur l’environnement et sera plus rapide qu’en avion. On atteindra 1.223 km/h. Et il n’y aura pas à attendre longtemps pour faire l’essai la toute dernière merveille de la technologie futuriste de transport, imaginée par le milliardaire Elon Musk: Le super train Hyperloop pourrait en effet faire ses débuts déjà en 2020, à l’ouverture de l’Expo de Dubai. 

«On est es train de bosser pour réaliser le transport à vitesse supersonique. Nous avons signé l’accord aux Emirats Arabes Unis pour une analyse de l’utilisation et la construction du tout premier Hyperloop à échelle naturelle. Ça a été commissionné par le gouvernement de Dubaï pour l’Expo 2020. Un grand projet: le super train reliera Dubaï à la capitale Abu Dhabi; 145 km qui, durant l’Expo, le “missile” tiré dans un tube, parcourra en 9 minutes et 40 secondes. Nous avons seulement 4 ans, c’est une course contre la montre. Le Cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahya (le même propriétaire d’Etihad) le veut à tout prix, il veut le “record”. C’est un projet qui va révolutionner la manière de voyager dans le monde entier: par exemple, le trajet Milan-Rome pourrait être couvert en 25 minutes», a expliqué G. Bibop Gresta, vice-président et co-fondateur de Hyperloop Technologie Transport Technologies, une start-up basée à Los Angeles (avec le soutien de Elon Musk). 

Un passeur comorien arrêté avec trois migrants dans le porte-bagages, à Ventimiglia

Après le marathon de Paris, la gambienne Siabatou Sanneh est revenue avec un puits pour son village