in

GABON: Histoire de la musique gabonaise

“Gabonotes” de musique!

L’histoire de la musique gabonaise, des pionniers de l’indépendance à la génération consciente, est celle d’hommes et de femmes qui, depuis le milieu des années cinquante, se sont efforcés de mettre en valeur une musique vivante, riche et variée.

La musique gabonaise a été influencée au départ par la grande rumba congolaise diffusée par la radio Congo Belge pendant la seconde guerre mondiale, la biguine, le tango. Cette musique s’est longtemps identifiée à quelques figures de proue et groupes musicaux, notamment feu Georges Damas Aleka, l’auteur de l’hymne national et son groupe “Sainte Cécile”, son fils Claude Damas Ozimo, l’un des plus grands musiciens gabonais moderne et son groupe Okolongo, Pierre Claver Akendengué, Hilarion Nguéma et son “Afro-Jazz”. Il y a eu aussi “Fouga Jazz” crée par le défunt Paul Nyonda, Maurice Kombé et son groupe “Les Gabs”, le groupe “Sorcier Noir” qui a révélé le baobab Mackjoss, le groupe “Sensation” de l’actuel maire de Port-Gentil, Séraphin Ndaot Rembongo, Paul Ekomié et ses chansons populaires, et enfin les “Stones” de l’ancien ministre des Mines, Richard Onouviet.

Tous ces groupes ont opéré une véritable révolution musicale en lançant un nouveau style alliant rumba, mazurka et jazz à des sonorités gabonaises tirées des instruments des chants traditionnels.

Il y a eu également d’autres artistes qui ont eu leur rayonnement, tels que Martin Rompavet, feu Pierre Claver Zeng Ebome et Aziz’Inanga, ect…avant le règne des groupes musicaux des forces de sécurité et de défense: Massako (armée), Diablotins (police) et Gena (gendarmerie). Ces groupes ont imposé leur suprématie dans l’univers musical du pays avec des grands paroliers comme l’ancien ministre et président du CLR, Jean Boniface Asselé, et le défunt Nono Michima.

Arrive ensuite, autour des années 70, la période de gloire des groupes socio-culturels dans lesquels on a pu déceler plusieurs talents et plusieurs voix, notamment celles de Patience Dabany qui popularise sur fond de rumba-zouk la culture batékée du sud-ouest du Gabon, Touyou, Catherine Mapaga, le bwitiste Patrice Ibouada, ect…La toute puissante montée de ces groupes à l’âge du monopartisme triomphant, n’a pas pour autant rangé dans les vestiaires, les grands noms cités ci-dessus. En dépit du manque criard de mécènes, producteurs et autres distributeurs des oeuvres de l’esprit, nombreux ont pu résister aux érosions du temps et aux contraintes du métier.

C’est dans ce contexte difficile que la musique gabonaise s’enrichit, autour des années 80, de nouvelles voix, notamment celles de Jean Ondeno Rebieno, le défunt Dominique Nianga Moukoula, Marcel Djabioh, Angèle Asselé, Edingo, Papin Anotho, Jean-Bruno Lependa et Eusebe Bibouki avec leur célèbre groupe les Excellents, le revendicatif Norbert Epandza, ect…

Il est de notoriété publique que la promotion et la valorisation de ces artistes tiennent aux efforts de l’Agence Nationale de Promotion Artistique et Culturelle (ANPAC) qui, en 1981 lance un concours dénommé «Découverte». La RTG1 crée l’émulation à travers de nombreux programmes de variétés. De son côté, le Carrefour des Arts, crée et animé par Pierre Claver Akendengué, commence à donner une touche professionnelle aux artistes et musiciens gabonais.

Ensuite, des années 90 à nos jours, on assiste à l’émergence de chanteurs comme Vickos Ekondo et d’autres paroliers qui ont forcé l’admiration et séduit même les oreilles les moins réceptives. On peut citer parmi ces virtuoses : le défunt Oliver Goma et son zouk de charme, Annie Flore Batchiellilys dont la voix aux multiples intonations la place au rang des plus grandes voix de la musique gabonaise. Amandine la danseuse aux reins de roseau, Nicole Amogho qui allie subtilement tradition et variété, le très populaire Alexis Abessolo, le latino Landry Ifouta, le foudroyant Kaki Disco, le glamour Arnold Djoud, les immortels Serge Egniga, Christian Ayoum. Sans oublier les émergeants comme Ety Bula, Axel Agambouet, Naneth Nkoghé, Laure Ghislaine Rekoula ; Mikala Mickatch, Tita Nzebi, Mass, Macy…

Une nouvelle dynamique est actuellement perceptible avec un réel succès de la musique dite religieuse. A l’heure du renouveau charismatique, qui suscite des adeptes dans toutes les couches de la société gabonaise, cette musique qui emprunte à la bible et aux épopées divines, paraît avoir de beaux jours devant elles. La Chorale Notre Dame de la Salette, le chant sur la Lowé et bien d’autres en sont la parfaite illustration.

Il faut également compter avec le hip-hop très prisé des jeunes gabonais qui depuis les années 90 ne cesse d’arpenter les chemins du succès avec Ba’Ponga, Koba, M16, Masta Kudi, les groupes la Fuenté, Hay’ Oe, Movaizalène… Libreville peut d’ailleurs s’enorgueillir d’être une fois par an la ville du hip-hop en Afrique centrale accueillant «Gabao», festival qui allie de nombreux concerts à la formation professionnelle (ateliers, résidences).

Aujourd’hui, la musique gabonaise, après une longue période de recherche d’identité a réussi à se faire accepter et parfois à se faire interpréter à l’extérieur. Plus que par le passé, cette musique qui reflète bien la société gabonaise, a besoin de véritables soutiens pour sa survie et celle de ses acteurs.

Cette musique a aussi besoin de nouvelles sonorités pour s’arrimer au grand train de transmission des savoirs et des émotions qu’est la mondialisation. Avec la floraison des homes studios, ce qui n’était pas le cas, il ya plus de 20 ans, c’est toute une industrie musicale gabonaise qui est en marche, malgré le manque des grands distributeurs et producteurs qui peuvent encore la booster plus loin hors de nos frontière pour investir les marchés africain, européen et américain inondés par la rumba et le “ndombolo” du Congo, le “makossa” du Cameroun et le “coupé décalé” de la Côte d’ivoire.

 

AFRIQUE – INDE: 60 milliards USD de coopération Sud-sud

JEUX OLYMPIQUES: Les Lionceaux sénégalais qualifiés pour Londres 2012!