in

EXTRABANCA: La “banque des immigrés” condamnée pour racisme!

ExtraBanca! Pardon…. ExtraBianca?

Se présentant comme la première institution financière dédiée aux immigrés,  ExtraBanca a entre-temps écopé, du Tribunal de Milano, une condamnation pour racisme! (ça alors!).  Son président Andrea Orlandi et un autre dirigeant avaient en fait, à plusieurs reprises, insulté un employé sénégalais, Cheikh Tidiane Gaye, qui fut même candidat aux élections municipales, en 201, dans une liste civique liée à l’actuel maire, Giuliano Pisapia.

A cette occasion, lit-on dans le verdict, le président d’Extrabanca, Andrea Orlandini, aurait tenté de le dissuader en lui disant qu’il était comme «les gitans et les musulmans qui veulent ruiner Milano», que lui-même et un autre employé noir étaient «deux nègres africains casse-pieds» qui étaient en train de «casser les pieds», que le fait d’avoir «trop de nègres ne pouvait pas faire du bien à la banque» et qu’il était donc préférable de prendre «uelqu’un à la peau plus claire».
Ce n’est pas tout. Gaye, qui aspirait à un poste de direction, s’était vu répondre par un autre dirigeant d’Extrabanca que «les étrangers prétendent trop, surtout ceux qui ont la nationalité italienne. Ils doivent savoir qu’ils sont des hotes».

En outre, à la sortie de réunions avec des noirs, cette même personne avait prononcé d’autres expressions racistes, s’en prenant aux «Nègres» et parlant des extracommunautaires de manière désobligeante.

Il s’agit, pour le juge Fabrizio Scarzella, de «harcèlement, ou du moins, de comportements racistes lésant la dignité personnelle de Cheikh Tidiane et des autres noirs présents dans la société», d’autant plus que les coupables occupent des postes de direction.

Le tribunal a donc ordonné à Extrabanca «la cessation immédiate de la conduite illégale», le paiement des frais juridiques et l’indemnisation de 5.000 euros à Cheikh Tidiane Gaye, assisté par les avocats Alberto Guariso et Livio Neri. La banque devra en outre afficher, dans son siège, une déclaration citant le verdict et la carte des valeurs de l’institut et invitant tout le personnel à «s’abstenir, dans les relations entre collègues et les réunions de travail, de proférer des expressions vulgaires ou offensives ou racistes».

Extrabanca a défini le verdict «tout à fait injuste” et a annoncé qu’elle fera recours appel.
La banque rappelle que’elle “compte 34 employés dont 19 sont de 14 différentes communautés étrangères» et déclare qu’une «accusation de discrimination encore plus surréaliste, pour quiconque connait la vie de la Banque».

 

SÉNÉGAL: Proposition de loi pour l’inviolabilité des lieux de culte

TRANSFERTS D’ARGENT: Abolition de la supertaxe de 2%!