in

EUROPE – Migrants: le plan du premier ministre italien Giuseppe Conte pour la redistribution dans tous les pays UE

Un mécanisme temporaire de redistribution automatique des immigrants débarquant dans les ports italiens est en cours d’élaboration, en attendant la révision du Règlement de Dublin.

 

Avec la visite officielle en Italie du Président français Emmanuel Macron, prévue cette semaine, les pourparlers reprendront au niveau continental sur la question des migrants, et sur la nécessité soulevée par l’Italie de revoir les paramètres en vue de favoriser une répartition équitable entre les différents pays.

Macron, comme Angela Merkel, a déjà offert sa disponibilité au plan demandé par Conte pour un mécanisme temporaire de redistribution automatique des immigrants qui débarquent dans les ports italiens, en attendant la révision du Règlement Dublin. Le Premier ministre italien demandera au président français de surmonter la distinction entre migrants économiques et demandeurs d’asile dans les quotas d’accueil.

Le Premier ministre italien demandera également l’engagement d’adopter un critère de “rotation” des ports de débarquement. Pour Conte, les navires des ONG peuvent non seulement se concentrer sur les ports italiens, mais doivent également être accueillis dans les ports français, espagnols, maltais et croates. En outre, Conte cherchera l’aide de Macron pour convaincre la Commission à introduire des sanctions économiques contre les pays qui refusent la redistribution.

Les négociations sont entre les mains des chancelleries, qui travaillent en vue du 23 septembre, date à laquelle, à Malte, quatre pays UE devront décider quel accord signer.

Une autre question concerne les pays prêts à rejoindre la coalition des volontaires qui, avec la France et l’Allemagne, se chargeront à leur tour de l’accueil, laissant l’Italie avec seulement 15 à 25% des migrants. La Grèce, le Luxembourg, le Portugal et l’Espagne sont très susceptibles d’y adhérer.

ITALIE – Travail au noir: la nouvelle loi en vigueur contre l’exploitation humaine

ITALIE – “Reddito di cittadinanza” (Revenu de citoyenneté): attention à la maxi-sanction à qui travaille au noir