in

EURO 2012: L’Italie de Mario Balotelli à la corrida espagnole!

“Jesse” We Can!

L’Italie défiera l’Espagne, tenante du titre, en finale de l’Euro-2012 après avoir battu l’Allemagne 2 à 1 (mi-temps: 2-0) jeudi à Varsovie, grâce à un doublé de Mario Balotelli aux 20ème et 36ème minutes,  dans une demi-finale qu’elle a parfaitement maîtrisée.


Ce dimanche 1er juillet à Kiev, les Italiens tenteront de remporter leur deuxième Euro (après 1968) contre des Espagnols, champions du monde et champions d’Europe en titre qui ont éliminé mercredi le Portugal (0-0; 4-2 t.a.b.), et contre lesquels ils n’ont jamais perdu en compétition officielle (3 victoires, 4 nuls).

Dernière confrontation en date, leur match de la poule C du 10 juin à Gdansk, qui avait abouti à un match nul 1-1. Les Espagnols, en quête d’un triplé inédit Euro-Mondial-Euro, peuvent néanmoins garder espoir: ils avaient éliminé les Azzurri, il y a 4 ans, en quart de finale de l’Euro-2008 aux tirs au but (4-2, 0-0 a.p.) avant d’être sacrés.

Auteur d’un Euro irrégulier jusque-là, Balotelli (3 buts au compteur au total dans le tournoi) a réalisé une performance à la hauteur du talent qu’on lui prête.

D’abord en reprenant victorieusement de la tête, devant un Badstuber aux abois, un centre de Cassano qui s’était joué de Boateng et Hummels (20e). Puis en échappant à Hummels et Lahm sur une ouverture de Montolivo, pour expédier des 18 mètres une frappe puissante qui a nettoyé la lucarne de Neuer (36e).

L’Allemagne n’est toujours pas parvenue à briser la malédiction face aux Azzurri, désormais invaincus en 8 confrontations (4 victoires, 4 nuls) à enjeu.

Clignant l’oeil à l’histoire, on se rappellera les Jeux Olympiques de Berlin 1936 quand un furieux Hitler abandonna le stade, voyant l’orgueil arien bafoué par la victoire d’un certain Jesse Owens, un noir!!! Quatre médailles d’or face aux athlètes de la “race pure”(?)

Tout comme alors, aujourd’hui, c’est un autre noir, Mario Balotelli, qui a terrassé les Panzers allemands avec un magistral doublé, en grand et indiscutable “match winner”.
A l’Italie, il ne reste plus que le dernier petit effort contre les Furies Espagnoles. Mais avec un Super Mario comme Balotelli, la Squadra Azzurra a tout pour dire, à la Obama (un autre noir!): «Yes We Can» ou plutôt rappelant le parallèle avec Berlin 1936, «“Jesse” We Can!»

 

LEGISLATIVES SENEGALAISES: L’avenir assombri de la famille libérale

EURO 2012: L’Italia di SuperMario Balotelli alla corrida spagnola!