in

EGYPTE: Le néo président islamiste Mohamed Morsi face aux multiples défis

Morsi entre les “mors” présidentiels!

Une grande première dans l’histoire politique de l’Egypte. Un civil islamiste, Mohamed Morsi, a été élu président de l’Egypte à la suite de premières élections démocratiques après le départ de Moubarak. Cependant, quelques zones d’ombre persistent quant aux multiples défis d’ordre interne et externe que devra relever le nouveau président égyptien.


Au plan interne, M. Morsi va attendre récupérer le pouvoir entre les mains des militaires, rédiger une nouvelle constitution qui devra tenir compte des revendications de toutes les tendances et organiser les nouvelles élections législatives après que les premières ont été annulées par les militaires au pouvoir.

Au cours de son premier discours à la nation, il a promis d’être le président de “tous les Égyptiens” en appelant à l’unité nationale, s’adressant aix  hommes et aux femmes, surtout aux chrétiens comme aux musulmans,. dans l’intention d’apaiser les inquiétudes des uns et des autres, tout en ouvrant une brèche quant au réexamen de ses rapports avec l’Israël.

Pour sa part, l’unité nationale reste le seul moyen de sortir son pays des temps difficiles qu’il traverse. Mais au plan international l’unanimité ne semble pas être de mise. Selon les spécialistes de la politique internationale, le message de Morsi laisse entrevoir les doutes sur la continuité des relations israélo-égyptiennes, bien qu’il ait promis de respecter les traités internationaux signés par son pays. Parmi les principaux engagements internationaux de l’Egypte figurent les accords de «Camp David» conclus en 1979, qui ont établi la paix entre les deux pays.

Le président Morsi affirme d’une part le renforcement des relations entre son pays et l’Iran, relations interrompues depuis 30 ans et qui «créera un équilibre stratégique régional et fait partie de mon programme».

D’autre part, il entend laisser la possibilité à son gouvernement de réviser les accords avec Israël. Reste à savoir si cet accord de paix pour lequel l’Administration américaine débourse chaque année d’importantes sommes d’argent sera aussi facilement révisé. Toutefois, Morsi a garanti le respect des accords et traités internationaux signés par son pays, quitte à approuver sa bonne foi.

 

FINANCE: Ecobank déclare 130 milliards CFA de bénéfices pour 2011

R.D. CONGO: Un prêtre de Kalemie traduit l’hymne national en swahili