in

ÉGYPTE: Buthaina Kamel – Première femme candidate à la présidentielle

Une candidature courageuse destinée à renforcer l’avancement des femmes en Egypte.

Aux élections présidentielles de l‘Egypte post-révolution, Buthaina Kamel est la première femme dans l’histoire moderne du pays à se présenter à la magistrature suprême. Bien qu’elle sache que ses chances de gagner sont minimes, elle déclare qu’elle le fait par principe.

 

J’ai l’intention de me présenter pour la présidentielle afin de montrer au monde que l’Egypte est un pays moderne, dans lequel les femmes bénéficient du droit de disputer les plus hautes fonctions d’Etat, qui, comme le droit de vote, est un droit humain fondamental“, déclarait Kamel, fin novembre.

Après avoir débuté sa carrière par la radio d’Etat, Kamel a ensuite travaillé durant une bonne partie des années 1990 en tant que présentatrice à la télévision d’Etat. En 2005, suite à un référendum controversé sur des amendements constitutionnels, elle est devenue politiquement active.

Kamel est vite devenue un membre ardent de ‘Kefaya’, un mouvement de protestation, et une critique véhémente du régime de Moubarak. “J’ai participé à plusieurs manifestations et marches, en particulier celles contre la corruption des hauts cadres“, a-t-elle indiqué.

Lorsque la révolution changeant les règles de jeu a éclaté en Egypte en janvier 2011, Kamel affirme qu’elle était là dès le début. “J’étais à la Place Tahrir (l’épicentre de l’insurrection populaire) le 25 janvier, le jour du début de la révolution“, a-t-elle rappelée.

Suite au départ de Moubarak, Kamel est retournée travailler à la télévision d’Etat égyptienne, mais elle affirme avoir été “marginalisée” par ses supérieurs, à cause de son refus de simplement lire le téléprompteur. Depuis ce temps, elle déclare avoir été interrogée à trois reprises par des autorités militaires, plus récemment après avoir ouvertement critiqué le conseil militaire de l’Egypte au pouvoir.

Kamel déclare qu’elle a été inspirée de se présenter à l’élection présidentielle par de courageux jeunes militants (y compris plusieurs femmes) qu’elle a rencontrés au cours du soulèvement de 18 jours qui a abouti à la chute de Moubarak.

J’ai beaucoup de confiance en la jeunesse égyptienne; sa capacité à diriger le pays dans la période à venir. Les femmes ont joué un rôle majeur dans la révolution, et beaucoup sont tombées en tant que martyrs. Aujourd’hui, espérons-le, les femmes joueront un rôle plus actif dans la politique nationale qu’elles ne l’ont fait par le passé“, a-t-elle déclaré.

La Constitution égyptienne de 1956 accorde aux femmes le droit de vote – et de se présenter – dans les élections nationales. Néanmoins, la participation des femmes à l’arène politique égyptienne est restée négligeable, tout au long des 30 ans de pouvoir de Moubarak.

Selon des chiffres publiés par le Centre pour le développement du Caire, une organisation non gouvernementale, la participation des femmes égyptiennes aux élections nationales entre 1981 et 2010 s’élève à seulement 5%. Pendant la même période, les femmes n’ont occupé que 2% des sièges au Parlement, alors que moins de 5% des sièges dans les conseils municipaux de l’Egypte étaient occupés par des femmes.

Bien qu’elle adhère à une vision libérale, Kamel n’est affiliée à aucun des nombreux partis politiques libéraux qui ont vu le jour dans le sillage de la révolution. Pensant se présenter sur une liste indépendante, elle affirme que sa plateforme politique mettra l’accent sur la garantie des droits de “tous les Egyptiens démunis“.

Je ne me présente pas simplement pour les femmes, mais pour les Egyptiens marginalisés de la Haute Egypte, les Nubiens, les membres de la tribu bédouine, les pauvres, les personnes âgées, les handicapés“, a souligné Kamel, indiquant que son programme politique se concentrerait principalement sur la “lutte contre la corruption et le chômage“.

Le plus grand défi à la candidature envisagée de Kamel à la présidentielle réside dans le fait qu’en Egypte, majoritairement musulmane, une grande partie de la population – hommes et femmes à la fois – n’approuve pas l’idée d’une femme chef d’Etat. Certains partis et groupes islamistes, particulièrement les Frères musulmans, très influents, rejettent ce concept pour des raisons religieuses.

Selon Essam al-Arian, vice-président du Parti pour la justice et la liberté (PJL), la branche politique des Frères musulmans récemment autorisée, il y a deux écoles de jurisprudence islamique sur la question.

Certains juristes disent qu’il est admissible d’avoir une femme chef d’Etat, et d’autres affirment que ce n’est pas possible. Les Frères (musulmans) estiment qu’il n’en est pas question””Nous soutenons le droit des femmes à l’éducation, à l’emploi, même pour devenir députées ou ministre du gouvernement – mais pas pour occuper le poste de souveraineté nationale. Mais c’est notre position et non celle de l’Etat. Bien sûr, elle a le droit constitutionnel, ainsi que tous les citoyens égyptiens, de se présenter pour la présidentielle. Cela signifie simplement que bien que les Frères (musulmans) aient choisi de ne pas présenter une candidate à la présidentielle, cela n’empêchera pas certainement d’autres de le faire“, a expliqué al-Arian.

Malgré la faiblesse des chances de Kamel, Esmat al-Merghani, une militante politique et la première femme chef d’un parti politique en Egypte (le Parti Social Libre), a salué son courage, indiquant que “la candidature de Buthaina à la présidentielle renforcera l’image de l’Egypte comme un pays moderne et civilisé. Même si elle ne gagne pas, elle aura ouvert une nouvelle porte pour l’avancement des femmes – sans parler du fait d’avoir eu l’honneur d’être la première femme égyptienne à se présenter aux élections présidentielles“.

 

 

 

AFRIQUE – FRANCE: François Hollande, une nouvelle relation avec le continent?

MAURITANIE: L’Imam M’BareK Ould Mahmoud plaide en faveur d’une Fatwa interdisant l’esclavage