in

DECRET DES FLUX 2016: Feu vert à la présentation des demandes d’embauches des travailleurs saisonniers.

L’Italie rouvre les portes aux travailleurs saisonniers extracommunautaires. Selon le décret des flux 2016, cette année, pourront arriver 13.000 à employer dans l’agriculture ou dans le tourisme et l’hôtellerie, à condition que ces derniers retournent dans leurs pays après quelques mois, quand il n’y aura plus besoin d’eux.

A partir de mercredi 17 février à 09h00, les aspirants employeurs pourront présenter les demandes d’embauche, seuls ou avec l’aide des associations de catégorie, via le site du ministère de l’Intérieur https://nullaostalavoro.dlci.interno.it (voir le guide sur comment la préparer). Inutile de se ruer, les entrées autorisées peuvent satisfaire toutes les demandes qui pourront être présentées, jusqu’à la fin de l’année.

Les 13.000 travailleurs pourront arriver des pays suivants: Albanie, Algérie, Bosnie-Herzégovine, Corée du Sud, Côte d’Ivoire, Égypte, Éthiopie, Macédoine, Philippines, Gambie, Ghana, Japon, Inde, Kosovo, Maroc , Maurice, Moldave, Monténégro, Niger, Nigeria, Pakistan, Sénégal, Serbie, Sri Lanka, Ukraine, Tunisie, Soudan.

IMPORTANT:  La nationalité ne compte pas pour les travailleurs qui étaient déjà en Italie comme saisonniers, les années passées.

Les flux de travailleurs saisonniers bénéficient de procédures simplifiées, ce qui devrait assurer des arrivées plus rapides en Italie. Pour ceux qui ont déjà été en Italie, par exemple, sont prévues la règle de l’accord tacite de la demande de l’employeur et la possibilité de demander une autorisation pluriannuelle à l’entrée (nulla osta pluriennale all’ingresso) du travailleur, qui pourra au futur venir en Italie sans attendre le Décret des flux.

Le Décret des flux saisonniers est arrivé au début de l’année, ce qui est une nouveauté qui va faire une différence. En effet, cela permettra aux entreprises agricoles de présenter à temps les demandes et avoir les travailleurs déjà en Italie, pour le début du printemps, quand il y aura besoin d’eux pour les premières récoltes. Cette fois-ci, la bureaucratie de l’immigration pourrait finalement aller au pas avec Mère Nature.

Les associations professionnelles collectent et envoient les demandes de leurs associés.

Cette fois, le ministère de l’Intérieur a libéré la plate-forme en ligne, pour éviter des embuches. Espérons bien.

Elvio Pasca

MATTEO RENZI: “Employons les demandeurs d’asile dans des travaux utiles à la communauté”

MAROC: Le français Hervé Renard nouvel entraîneur des Lions de l’Atlas