in

CRISE BURKINABE: Les concertations à Ouagadougou débouchent sur une transition d’un an- Accord en 6 points

Ironie du sort: des médiateurs au pays du… “Médiateur”! 

Les concertations menées à Ouagadougou par les présidents ghanéen, nigérian et sénégalais sont terminées. Elles ont  débouché sur un accord de principe sur le cadre de cette transition. Ce gouvernement de transition aura une durée de vie d’un an, c’est-à-dire jusqu’à l’organisation d’élections présidentielle et législatives d’ici novembre 2015. 

alt

Les tractations menées à Ouagadougou par les trois chefs d’Etats désignés par la Cédéao au sujet de la transition ont débouché sur un accord en 6 points. Voici le résumé: 

Les échanges ont abouti sur la nécessité de la levée de la suspension de la Constitution, pour permettre au Conseil constitutionnel de déclarer une double vacance du pouvoir et demander l’installation d’un Conseil de transition. 

Les participants ont également convenu de l’urgence de trouver un éminent personnage civil et consensuel pour présider la transition. Ils ont aussi retenu le principe d’une transition d’un an. D’après le communiqué qui a sanctionné la fin des concertations, des élections couplées devront être organisées au plus tard en novembre 2015. 

Les échanges ont également débouché sur la nécessité de garantir la sécurité de tout le monde, y compris les leaders de l’ex parti au pouvoir, et la protection de leurs biens. 

Enfin, les médiateurs demandent la poursuite des concertations en vue de déboucher sur un accord inclusif entre leaders de partis politiques, société civile, religieux et forces armées nationales. 

John Dramani, du Ghana et président en exercice de la Cédéao, Macky Sall du Sénégal et Goodluck Jonathan du Nigéria, ont rappelé entendre que le Burkina Faso joue un rôle important dans la sécurité de la sous région et de l’Afrique et qu’à ce titre, il est important de trouver un terrain d’entente pour ramener la paix et la stabilité dans le pays. Ils ont aussi eu une pensée pour les victimes de la révolte. 

Interpellé sur ses prétendues déclarations soutenant Blaise Compaoré, Macky Sall, le président sénégalais, a laissé entendre qu’il n’en était rien. «C’est derrière nous et de toutes façons, le ministre sénégalais des Affaires étrangères a déjà fait un démenti», a-t-il dit en substance. 

Le président sénégalais dit espérer que dans «3 ou 4 jours», les échanges aboutissent sur la désignation d’une personne pour mener la transition. Du reste, au moment où nous quittions les lieux et alors que l’heure du couvre-feu se rapprochait, société civile et opposition poursuivaient leurs concertations.

PIERRE PÉAN: Le livre du journaliste et écrivain français agite Libreville?

DIAFRA SAKHO: L’international sénégalais élu joueur du mois d’octobre en Premier League (Angleterre)