in ,

COVID HOSPITAL MILANO FIERA: Le “miracle” de l’hôpital de la Foire de Milan est-il un échec? Les médecins dénoncent

Moins de deux semaines après son inauguration, plusieurs doutes planent sur l’hôpital Covid de Milano Fiera. Annoncé comme la solution au problème de la pénurie de lits dans les hôpitaux lombards, fortement souhaitée par le président Attilio Fontana et inaugurée en grande pompe comme “le plus grand centre de soins intensifs d’Italie”: mais l’hôpital Covid de Milano Fiera est-il vraiment le “miracle” que tout le monde attendait ou est-il destiné à être un flop?

Le temps de construction et la mise en service de l’hôpital Covid à Milan Fiera avaient déjà suscité pas mal de controverses ces dernières semaines. Elle était censée accueillir 400 patients, puis on a dit 205 et, enfin, depuis l’ouverture jusqu’à aujourd’hui, seules 24 personnes atteintes de Coronavirus sont entrées dans la structure. Il y a un manque de personnel et, selon les experts, l’hôpital de Fiera n’est pas suffisamment équipé pour devenir l’un des plus grands centres de soins intensifs en Italie.

A alimenter les doutes, une plainte anonyme d’un médecin milanais, adressée à Business Inseder, a d’ailleurs été déposée. Le médecin a notamment évoqué un certain mécontentement généralisé parmi ses collègues qui, engagés en première ligne dans la lutte contre la pandémie, se rendent de plus en plus compte qu’ils ne reçoivent pas le soutien adéquat des organismes compétents. L’éclatement du médecin est dû à l’arrivée d’un nouveau patient transféré du Policlinico di Milano à son hôpital (et non à celui de la Fiera de Milan).

Ils nous ont envoyé un patient à intuber parce qu’il n’avait pas sa place dans leur unité de soins intensifs. Une vraie moquerie, si l’on considère que cela s’est passé le jour même où ils ont ouvert l’hôpital de Fiera confié au Policlinico”, a déclaré l’homme qui est resté anonyme. “Ce patient est la preuve que l’hôpital de la Fiera n’ajoute même pas une place de plus aux soins intensifs déjà présents à Milan. On les déplace simplement d’un endroit à l’autre“, a-t-il ajouté, soulignant l’incohérence du système.

Giuseppe Bruschi, directeur médical de l’hôpital Niguarda, a également exprimé une opinion contraire: “Quel mécontentement…. Je suis médecin, je viens de Lombardie… mais aujourd’hui, avec l’inauguration du pseudo “hôpital” à la foire, je me sens triste. L’idée de créer une unité de soins intensifs à la foire n’est ni au ciel ni sur terre… Une unité de soins intensifs ne peut pas vivre séparée du reste de l’hôpital. Une unité de soins intensifs ne fonctionne que si elle est intégrée à toutes les autres structures complexes qui constituent la toile épaisse d’un hôpital (des laboratoires à la radiologie, de la pharmacie aux fournitures, de la microbiologie à l’anatomie pathologique) ; car les patients admis à l’unité de soins intensifs ont besoin de l’évaluation intégrée continue des différentes figures professionnelles. Ainsi, l’idée de créer des lits sans lien avec cette réalité (sans entrer dans les mérites de combien… 600 – 500 – 400 – 400 – 250 – 100 – 12 !) me semble absurde. Il aurait été plus logique de dépenser l’énergie et les dons recueillis pour rénover ou faire revivre certains des nombreux pavillons ‘abandonnés’ des hôpitaux lombards (Niguarda, Sacco, Varese…)“, a conclu M. Bruschi, réfutant ainsi la thèse de ceux qui ne reconnaissent pas l’avenir de la structure de la ville de Milan.

Selon les plus sceptiques, l’espace de la Fiera Milano City converti en hôpital est malheureusement voué à l’échec. Tant de boucan juste pour obtenir un certain consensus ou, en tout cas, ce qui peut être considéré comme de la pure propagande, surtout si on le compare aux chiffres.

Le nombre de lits (de 400 puis 205 annoncés) atteindrait actuellement 53. Les opérateurs sanitaires, quant à eux, sont au nombre de 50. Toutefois, des embauches maximales ont été annoncées pour assurer le bon fonctionnement du centre de réanimation. Cette annonce n’a cependant pas été suivie (et encore moins commencée) par une véritable phase de recrutement officiel.

Il reste à comprendre quel sera l’avenir de ce travail, qui a coûté 21 millions d’euros, collectés par la Fondation communautaire. Eh bien, même dans ce dernier cas, les avis sont partagés.

Le moment venu, la structure sera démantelée“, a déclaré Enrico Pazzali, président de la fondation Fiera Milano, avant d’être contredit. “Non, nous ne savons pas encore, cela pourrait rester“, a-t-il ajouté immédiatement après Fontana.

Comments

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Loading…

Comments

comments

TRANSPORTS AÉRIENS – Dévoilé le secret des pilotes d’avions de ligne: de quoi s’agit-il en réalité?

CORONAVIRUS: Bientôt l’auto-certification “sans papier”?