in

COTE D’IVOIRE: Les Houphouétistes enterrent la hache de guerre !

Plus de chats à… “Houphouetter”?

Les lueurs du pouvoir n’ont pu aveugler la coalition du RHDP (Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix) et le RDR (Rassemblement des Républicains), en particulier. Pour preuve ils sont lucides et ils ne manquent pas de discernement, ils ont décidé de colmater les brèches de leur alliance qui vacille depuis un bon moment.


Le 10 juillet 2012, les secrétaires généraux du PDCI (Parti Démocratique de Côte d’Ivoire), du MFA (Mouvement des Forces de l’Avenir), de l’UDPCI (Union pour la Démocratie et la Paix en Côte d’Ivoire) et le RDR ont relancé officiellement leurs réunions régulières qui se tenaient encore qu’ils étaient dans l’opposition.

On entend souvent dire que le parti d’Alassane Dramane Ouattara exerce un pouvoir ethnique sans partage, que la fraude a été le gage de sa brillante victoire aux élections législatives et qu’il est un mouvement belliqueux qui fonde son pouvoir sur la force des muscles, la division et les intimidations.

Il faut bien plus que des opérations cosmétiques pour désamorcer le grisou et que tous repartent comme avant avec un RHDP plus que jamais fort et triomphant.
Pour ce faire, il va falloir éviter d’associer les amateurs de paroles choquantes, à la dent dure, aux rencontres. Qu’il s’agisse du programme commun de gouvernement, que du processus de réconciliation nationale en passant par le partage réel et consensuel du pouvoir et de la création d’un grand parti politique, cela passe par des concessions et des actions tangibles rassurantes.

Le RDR, objet de tous les tirs de barrages en ce moment, devrait agir en affectant d’être, on ne peut plus généreux afin que ses alliés cessent de croire qu’ils sont des forces supplétives.
Ce n’est que dans cette dynamique que les irréductibles des autres camps pourraient se dérider, pardonner leurs réelles ou supposées frustrations en vue d’envisager l’avenir dans la symphonie des cœurs.
Sinon, les désormais régulières réunions du RHDP, annoncées sous l’effet d’une mousse médiatique, risquent d’accoucher d’une œuvre onirique, flottante au point que le directoire pourrait replonger dans un sommeil profond, éternel cette fois, pour paraphraser le président de la structure, Alphonse Djédjé Mady, qui avait soufflé que le mouvement avait connu un repos sabbatique.

EGYPTE: Le président Morsi accepte la dernière décision de la haute cour constitutionnelle

“SALUTE” : Film sur les poings gantés brandis au ciel, aux J.O. de Mexico 68