in

COTE D’IVOIRE: 10 ans de prison requis contre Simone Gbagbo

Réquisitoire disant… 10 ans! 

Le procès de Simone Gbagbo et de 82 co-accusés se poursuit à Abidjan. Lundi 2 mars, c’étaient les plaidoiries des avocats de l’Etat ivoirien qui ont duré plus de deux heures. Mardi, le parquet général a requis 10 ans de prison contre l’ancienne Première dame ivoirienne. Elle est notamment accusée de «participation à un mouvement insurrectionnel», de «troubles à l’ordre public» et de «constitution de bandes armées». 

alt

Le procès de Simone Gbagbo et de 82 co-accusés se poursuit à Abidjan. Lundi 2 mars, c’étaient les plaidoiries des avocats de l’Etat ivoirien qui ont duré plus de deux heures. Mardi, le parquet général a requis 10 ans de prison contre l’ancienne Première dame ivoirienne. Elle est notamment accusée de «participation à un mouvement insurrectionnel», de «troubles à l’ordre public» et de «constitution de bandes armées». La salle est comble pour écouter les avocats généraux dérouler leur long réquisitoire contre ces 82 accusés. L’ordre n’est pas vraiment compréhensible, oscillant entre les miliciens qui sont encore détenus à la maison d’arrêt d’Abidjan (Maca), et les cadres politiques qui sont eux en liberté provisoire.

Une chose semble les rassembler: jusqu’à présent, les chefs d’accusation d’atteinte à la sûreté de l’Etat, d’attentats et de complots contre l’autorité de l’Etat sont systématiquement abandonnés. Et les peines les plus lourdes sont requises contre les miliciens – jusqu’à 20 ans de prison – pour participation à une bande armée ou à un mouvement insurrectionnel.

Pour les autres, les politiques, c’est plutôt en mois que se comptent les réquisitions. Pascal Affi N’Guessan, le président du Front populaire ivoirien (FPI), Geneviève Bro Grébé, la leader des Femmes patriotes, ou encore Narcisse Kuyo Tea, le chef de cabinet de Laurent Gbagbo, seraient coupables uniquement de troubles à l’ordre public et le parquet général a requis 24 mois de prison contre eux.

L’ancien Premier ministre, Gilbert Marie Aké N’gbo, l’ancien argentier de Laurent Gbagbo, Désiré Dallo ou encore l’ancien ministre, Joseph Kata Kété, eux, seraient coupables de troubles à l’ordre public et de coalition de fonctionnaires. Contre ces trois hommes politiques ont été seulement requis 17 mois d’emprisonnement.

Le parquet général a finalement requis 10 ans de prison à l’encontre de l’ex-première dame, Simone Gbagbo.

MATTEO SALVINI: “C’est du nettoyage ethnique. Les Italiens sont discriminés par rapport aux présumés réfugiés”

COLF E BADANTI: Agevolazioni contributi assunzione. Valgono anche per i lavoratori domestici?