in

CORONAVIRUS – “Maturità” 2020: éclaircissements de la ministre de l’éducation Lucia Azzolina concernant le baccalauréat 2020 en Italie

Coronavirus, examens et notes du baccalauréat : Azzolina à l’appareil
La ministre de l’éducation Lucia Azzolina a donné quelques éclaircissements concernant les examens du baccalauréat 2020.

La ministre de l’éducation Lucia Azzolina est intervenue lors de l’émission “Tutti in class”, sur Radio Rai 1, pour donner quelques précisions sur la maturité 2020 face à l’urgence coronavirus. Le ministre a déclaré que “nous réfléchissons à des solutions possibles concernant le moment où vous retournerez à l’école”.

Coronavirus, solutions envisagées pour la maturité 2020
Le baccalauréat devra “prendre en compte ce que les élèves ont fait pendant cette période d’apprentissage à distance et ce qu’ils n’ont pas fait”. L’observation du ministre est venue en réponse à un courriel d’un élève qui a signalé que l’apprentissage à distance dans son école n’était activé que dans certaines matières.

“Nous y réfléchissons – a souligné Azzolina – nous avons déjà à l’esprit des solutions possibles qui garantissent aux étudiants de passer un examen sérieux, juste, dans lequel le goût de l’examen ne se perd pas, mais je dois protéger les étudiants de l’apprentissage des derniers mois”.

Le ministre a ensuite précisé : “Toutefois, l’examen d’État concerne la voie développée dans l’ensemble des 5 années d’études. Je dois rassurer les étudiants sur cette partie du programme, de février à juin, et garantir un examen qui soit réel, par rapport à la partie du programme qui n’a pas été suivie. Il en va de même pour les élèves des collèges”.

Coronavirus, Azzolina : “L’année scolaire sera valide, pas d’obsession des notes”.
Le ministre a ajouté : “L’année scolaire sera valide et les enseignants ont toute liberté d’évaluer comme ils l’entendent ; beaucoup le font déjà, ils évaluent déjà” sur la base de l’enseignement à distance, “mais je ne suis pas obsédé par les notes”.

Pour Azzolina, l’important “est de rester près des enfants qui sont perdus, ils n’ont plus leur routine. Les enseignants sont fondamentaux d’un point de vue émotionnel, en particulier dans des régions comme la Lombardie où l’isolement et la tristesse sont combattus grâce à l’école ; les enseignants donnent des moments de sérénité dans les moments de tristesse”.

Seul un petit nombre d’enseignants ont croisé les bras – a déclaré le ministre – mais moi, et je parle en tant qu’enseignant, je ne pourrais jamais, jamais faire cela : comment pouvez-vous dire “je ne suis pas à ma place” ? Nous sommes confrontés à une urgence planétaire ; nous allons retourner en classe, nous devrons regarder les enfants dans les yeux et ils sauront qui a été là et qui ne l’a pas été”.

“Beaucoup ont maintenant retrouvé le respect qui faisait parfois défaut dans le passé et ce sens de la communauté scolaire, beaucoup d’enseignants ont retrouvé l’enthousiasme”, a fait remarquer M. Azzolina. “C’est une minorité qui a croisé les bras, beaucoup ont retroussé leurs manches” même s’ils ne savaient pas comment faire de l’enseignement à distance, “j’apprécie leur effort et je m’inquiète s’il y a une tranche minoritaire qui n’a pas retroussé ses manches”.

Coronavirus, Azzolina sur longue distance…
M. Azzolina a parlé de l’enseignement à distance, en disant qu'”il y a des aspects positifs” de la part des écoles qui ont avancé, en profitant des fonds mis à disposition ; “et il y a des réalités plus faibles auxquelles nous avons essayé de répondre en mettant en place diverses solutions sur le terrain”.

“Ce n’est pas une différence Nord-Sud, mais c’est une situation en dents de scie”, a souligné la ministre Azzolina, et elle est liée à la “fracture numérique, sur laquelle nous devrons réfléchir”.

Coronavirus, le gouvernement va allouer 85 millions pour l’enseignement à distance…
Le ministre de l’éducation a ensuite ajouté : “Nous avons créé des groupes de travail régionaux avec la figure du psychologue, dont on a besoin : les enfants ont besoin de chiffres de référence, les adultes sont nécessaires”, sans l’enseignement à distance “le risque serait l’abandon total”.

“Les familles font d’énormes efforts – observe Azzolina – les familles et les enseignants sont la base des élèves qui ont perdu toute certitude”. Le ministre a parlé du contrôle du ministère sur l’enseignement à distance, “cela sert aussi à comprendre comment distribuer l’argent : je signerai le décret n’importe quel jour avec lequel nous utiliserons les 85 millions d’euros” alloués par le gouvernement pour soutenir l’enseignement à distance et “atteindre ceux qui n’ont pas d’outils numériques”.

Comments

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Loading…

Comments

comments

DÉCRET “CURA ITALIA”: Liste des activités essentielles qui restent ouvertes

DÉCRET “CURA ITALIA” – Clarifications sur les paiements et les impôts: 1) Suspensions des paiements