in

CORONAVIRUS – Alarme! Le Covid-19 isolé dans les… larmes

Selon les chercheurs, cette découverte a “également des implications importantes en matière de santé publique”.

Le nouveau coronavirus est également actif dans les sécrétions oculaires, c’est-à-dire dans les larmes, des patients positifs. Cela a été démontré dans une étude publiée par des chercheurs de l’Institut Spallanzani de Rome. En commençant par un prélèvement oculaire, les chercheurs ont isolé le virus et démontré qu’il peut également se répliquer dans la conjonctive. Selon les chercheurs, les yeux sont l’une des portes d’entrée du virus dans l’organisme et également une “source potentielle d’infection”.

Les chercheurs ont pu isoler le coronavirus à partir d’un prélèvement oculaire, effectué 3 jours après l’admission d’un patient positif qui avait été admis à Spallanzani fin janvier et qui souffrait de conjonctivite bilatérale, démontrant ainsi que le virus est capable de se répliquer dans la conjonctive ainsi que dans le système respiratoire.

C’est une découverte qui a “des implications importantes également en termes de santé publique, à tel point que le résultat a été communiqué à l’Organisation mondiale de la santé en accord avec le rédacteur en chef du magazine avant sa publication. Cette recherche montre que les yeux ne sont pas seulement une des portes d’entrée du virus dans le corps, mais aussi une source potentielle de contagion. D’où la nécessité d’une utilisation appropriée des dispositifs de protection dans des situations, telles que les examens ophtalmiques, qui ont été jugées relativement sûres au regard des risques de contagion posés par ce virus”, a expliqué Concetta Castilletti, chef de l’unité opérationnelle des virus émergents du laboratoire de virologie Spallanzani.

Les recherches de l’Institut Spallanzani à Rome sur le nouveau coronavirus ont également montré que les prélèvements oculaires peuvent être positifs lorsque les échantillons du district respiratoire ne montrent plus de traces du virus: les échantillons respiratoires du patient étaient négatifs 3 semaines après l’admission, alors que l’échantillon oculaire était encore faiblement positif jusqu’à 27 jours après l’admission.

D’autres études seront nécessaires pour vérifier combien de temps le virus continue d’être actif et potentiellement infectieux en larmes.

La découverte des chercheurs “est une autre petite pièce qui s’insère dans le puzzle compliqué de ce virus. Notre satisfaction est de contribuer, par cette recherche, à mieux faire connaître les mécanismes de la contagion et, par conséquent, à sensibiliser et sécuriser les opérateurs appelés à s’occuper de la prise en charge clinique des patients“, a souligné Marta Branca, directrice générale de l’Institut Spallanzani.

Comments

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Loading…

Comments

comments

CORONAVIRUS – Sondages politiques en Italie: qui obtient un consensus avec le coronavirus (Istituto Ixè)

DÉCLARATION D’IMPÔT: quand remplir et envoyer le “modello 730 precompilato” (Formulaire 730 pré-rempli) en Italie