in

CONGO – BRAZZA : Antoine Moundanda est décédé

Légende de la musique traditionnelle.

L’illustre acteur de la musique traditionnelle congolaise, Antoine Moundanda, Mawono pour les fans, est décédé le 3 avril à Brazzaville, après une longue et riche carrière musicale commencée en 1950.

Antoine Moundanda naquit en 1928 au village Kikouimba, dans le district de Kinkala au sud de Brazzaville. Après avoir été élève mécanicien de 1943 à 1949, la musique attire le jeune Moundanda qui abandonne la mécanique. Il enregistre son premier album en 1952 à Léopoldville, actuel Kinshasa, dans l’ancien Congo-Belge.
Dès 1955, s’ouvre au jeune musicien une riche carrière internationale. Sa «sanza», ( instrument traditionnel comportant des lames de fer fixées sur un support de bois creux), à la main, il sillonne les quatre coins de la planète, tantôt seul, tantôt avec d’autres artistes.
Son orchestre “Likémbé Géant”, le “Ballet National congolais”, le groupe “Les Anges”, la troupe “Rocado Zulu Théâtre” de Sony Labou Tansi, ont été tour à tour ses partenaires dans les longues tournées internationales.
Antoine Moundanda donne son premier Méga-Concert à l’étranger, à Bangui, en Centrafrique en 1955, en compagnie de Kabaséle Joseph Grand Kallé, l’incontestable monument de la musique des deux rives du fleuve Congo.
Il participe au Festival des Arts Nègres, à Dakar au Sénégal, en 1966 et obtient le 3ème prix.

En 1973, il se rend au Festival mondial de la jeunesse, à Berlin, ex-RDA, en compagnie du prestigieux ballet “Les Anges”, avec lequel il fait une tournée en 1974, en Union Soviétique.
Le Caire en Egypte et Lagos au Nigéria accueillent Moundanda respectivement en 1975 et en 1977.

Entre 1981 et 1983, il dispense des cours de musique à l’école des Beaux Arts de Brazzaville.

En 1983, il se rend en France puis en Chine et est reçu à Luanda en Angola en 1985.
En compagnie de la célèbre troupe “Rocado Zulu Théâtre”, il séjourne en Italie et Belgique en 1987, en France en 1988 et 1992, en Allemagne en 1988 et aux Antilles en 1992. Il prend activement part au prestigieux Carnaval de Rio en 1988, en compagnie du “Ballet National congolais”. En 1992, ils se rendent ensemble successivement en Suisse et en Espagne.
Comme tous les griots-conteurs, Antoine Moundanda exprime en musique les événements de la communauté, ceux du présent mas aussi ceux du passé, liés au mythe de l’origine et de son histoire. Il chante les temps pénibles de la colonisation dans son pays, les souffrances endurées par son peuple dans «Mpou ya mbuaki» (Le chéchia).
Dans sa très célèbre chanson «Qu’est-ce que c’est», il raconte l’histoire d’un garçon qui, ayant séjourné en France, ne reconnait plus les aliments de son pays natal. Antoine Moundanda s’est vu décerner de nombreuses décorations nationales dont l’Ordre du Mérite Congolais.

MAROC: Marrakech accueille le 3e salon international de l’aéronautique et du spatial

LEGA NORD: Dimissioni di Bossi!