in

CAN 2012 (Ici Soudan): Des “zambie-tions” légitimes contre les Chipololos!

L’entraineur Mohamed Abdalla: «Cette année, rien n’est impossible».

Premiers à entrer en lice dans les quarts de finale, les Soudanais affrontent les Zambiens, à Bata dans un duel inédit.

 

Le Soudan qui arrivait sans prétention particulière sinon son échec en 2008, avec ses 9 buts encaissés pour aucun rendu, a commencé par une défaite a minima contre la Côte d’Ivoire, poursuivant par un nul avant l’Angola, avant de remporter une victoire décisive devant un Burkina Faso démotivé se sachant déjà éliminé.

Les Soudanais venus avec des joueurs presque tous originaires d’El Merreikh et d’El Hilal, les deux grands clubs d’Omdurman, a taillé sa route en étant chaque fois donné pour battu. Le sage Mohamed Abdalla a fait de l’excellent travail et les Zambiens d’Hervé Renard devront se méfier d’une équipe qui ne renonce jamais. Contre l’Angola, elle a été menée deux fois au score avant de revenir.

Le Soudan n’a rigoureusement rien à perdre ayant déjà rempli son contrat. Comme le dit Mohamed Abdalla, «cette année, rien n’est impossible». Reste un point d’interrogation. Les règlements de compte internes au sein du team soudanais auront-ils laissé des traces. Tout va bien, assure-t-on des deux côtés, le passé est le passé. Maintenant tout pour la gagne.

En effet, Haitham Mostfa, capitaine Fracasse, plutôt réservé devant la presse, s’értait battu avec un coéquipier, dans leur hôtel de Bata, à deux jours du match décisif contre le Burkina Faso (2-1), le motif demeurant mystérieux. Et l’altercation a tourné à la bagarre générale.

L’équipe policière encadrant les Crocodiles du Nil a dû les séparer, avant que le chef de la délégation, Oussama El Mnan, ne fasse un discours devant tout le groupe pour remettre les pendules à l’heure. Les deux joueurs se sont réconciliés, mais ont écopé d’une sanction financière.

Impulsif, le capitaine? Lundi dernier, alors qu’une partie des joueurs sortait faire une promenade, il n’a pas supporté qu’on lui demande d’attendre que le personnel de sécurité vienne les encadrer, et une nouvelle fois est sorti de ses gonds.

Au sein de l’encadrement du Soudan, on minimise ces incidents.  «C’est dans notre culture, parfois nos discussions sont très vives, on parle fort, et si quelqu’un n’a jamais vu ça, il va croire qu’il y a un problème», relativise Oussama El Mnan.

Côte sportif Haïtham est le joyau du Soudan, centenaire en sélections et excellent passeur. Depuis 1996 et après une saison à Al Amir, il évolue à El Hilal où il croule sous les trophées (9 titres de champion, 5 coupes nationales).

 

 

CAN 2012 (Ici Zambie): Soudés contre le Soudan?

CAN 2012: La Guinée Equatoriale pour l’exploit contre la Cote d’Ivoire