in

CAMEROUN: Sénat – L’oisiveté après l’ouverture de la session

Sénat…urel cette oisivité?

Les vénérables se tournent les pouces et demandent, en vain, la suite du programme.

altCe n’est pas encore l’effervescence chez les membres de la chambre haute du parlement. Installés sur les hauteurs du l’hôtel Mont Fébé, à Yaoundé, réquisitionnées pour loger les sénateurs résidents hors du périmètre de la cité capitale, les vénérables s’ennuient.

Mardi 14 mai, ils recevaient leurs attributs, écharpe, macarons, etc. Tous étaient alors heureux de pouvoir se mettre résolument au travail. Peter Mafany Musonge, sénateur RDPC du Sud-Ouest affirmait par exemple que «maintenant que nous avons reçus nos attributs, l’heure est au travail. Dans les prochains jours nous allons certainement voir un bureau se mettre sur pied. Dès lors, le travail parlementaire pourrait prendre corps». L’ancien Pm extériorisait la volonté de tous ses pairs à se mettre résolument au travail.

De même, les attentes de nombreux Camerounais étaient au point le plus culminant. Tant la volonté de voir enfin le bicaméralisme se mettre sur pied est forte. Au palais de l’Assemblée nationale, nombre de sénateurs rencontrés ne savaient pas à quel saint se vouer. Aucun programme à l’ordre du jour, pas d’occupations. Bell Luc René, sénateur du RDPC rencontré dans les couloirs de la chambre basse est un peu embarrassé.

«Nous attendons tous le top de départ de nos missions. Le bureau n’étant pas mis sur place, nous patientons tous que l’équipe des 25 désignés achève de travailler sur les textes qui détermineront définitivement nos missions. Pour toutes informations complémentaires, bien vouloir voir le doyen d’âge».

Même son de cloche du côté des sénateurs du Sdf qui se sont donné rendez-vous au groupe parlementaire de ce parti à l’Assemblé nationale pour «meubler le temps». Ainsi, Jean Tsomelou, tête de liste du SDF dans la région de l’Ouest explique: «Vous savez, nous n’allons pas attendre le top du départ pour nous mettre au travail. Cette séance de travail vise à “mettre en selle nos sénateurs“».

En effet, le règlement intérieur… de l’Assemblée nationale leur est distribué ainsi que une copie de texte sur la Constitution afin qu’ils s’imprègnent des lois de la République.

D’autres sénateurs rencontrés au palais de verre de Ngoa-Ekellé sont comme en errance. Venu s’informer de la suite, après avoir reçu ses attributs, l’un d’eux, qui a requis l’anonymat, déplore l’absence de communication de la tutelle, en l’occurrence le ministère en charge des Relations avec les Assemblées. Pour réponse, il avoue sans retenue, «il nous a été révélé qu’il y a un relais au troisième étage de l’Assemblée nationale. Le bureau du doyen d’âge y est installé pour la circonstance. Mais grande est notre surprise de ne trouver personne là-bas».

ALGERIE: Le conte risque de disparaître – Sauver le conte à tout prix!

TRAVAIL SAISONNIER EN ITALIE: Décret des flux 2013 – Procédure d’embauche des 30.000 saisonniers autorisés