in

CAMEROUN: 7000 tonnes de riz avarié refoulés à Douala

Douala “riz” jaune!

La cargaison d’une valeur de 2milliards CFA est bloquée dans un magasin de l’enceinte portuaire depuis des jours. Dans le magasin n°9 de l’enceinte portuaire, gisent 130 000 sacs de riz déclaré avarié par le laboratoire phytosanitaire du port autonome de Douala.

altLa cargaison qui représente un volume de 7000 tonnes est arrivée dans les docks depuis quelques jours et a aussitôt été interceptée par les agents du service phytosanitaire. En fait, selon des indiscrétions glanées ça et là, l’alerte a été donnée par une Ong basée à Singapour d’où est parti le Sky Star, bateau battant pavillon singapourien transportant la cargaison.

La cargaison serait partie du port de Yangon à Singapour le 3 décembre 2012; elle a débarqué au Cameroun le 9 février 2013.

Sur place au Cameroun, l’organisation des droits de l’homme et de protection des citoyens, une Ong basée à Douala, a pris le relais, et saisi les tribunaux de Douala au sujet de la qualité douteuse de cette cargaison de riz de marque Soleil, importée par un opérateur économique basé à Douala.

Pour établir les responsabilités dans cette affaire qui mêle à la fois le fournisseur du riz, l’importateur et le transporteur dont le bateau est immobilisé depuis des semaines au port de Douala, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Essimi Menye est descendu sur le terrain.

Mais, pour l’opérateur économique, le riz importé n’a pas de problème de toxicité comme le prétendent les services phytosanitaires du port autonome de Douala. «Nous allons faire la lumière sur cette affaire pour le bien des consommateurs de riz», a laissé entendre en substance Essimi Menye.

Ce scandale sur l’importation de 7000 tonnes de riz avariés au port de Douala intervient au moment où les produits de première nécessité se raréfient dans les marchés et subissent une flambée des prix sans précédent.

Car, la denrée alimentaire plus consommée au Cameroun, dont l’essentiel de la production est assurée par la Société d’expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua (Semry), des producteurs artisanaux des localités de Tonga (Ouest) et de Ndop (Nord-Ouest), enregistre selon le ministère de l’Agriculture une production annuelle de 124.000 tonnes, alors que la demande nationale s’établit autour de 500 000 tonnes.

Ce qui occasionne un déficit de 376.000 tonnes chaque année que le filon des importations comble. Avec cette affaire qui coûte 2 milliards de Fcfa à l’importateur, les ménages déjà asphyxiés par la hausse des prix, étoufferont du fait de la rareté accrue de cette denrée.

LIGUE DES CHAMPIONS: Tous les résultats

OBIANG NGUEMA: Pour le président équato-guinéen: “C’est la france et l’ONU qui ont enlevé Gbagbo”