in

Brûlé et tabassé un ouvrier agricole qui demande des masques et des protections: arrêté un agriculteur italien

L’enquête est partie lorsqu’un homme de 33 ans d’origine indienne s’est présenté aux urgences de l’hôpital de Terracina avec des blessures à la tête, diverses fractures et des lésions.

L’agriculteur aurait laissé les ouvriers travaillant dans ses champs sans masque ni gant, les exposant ainsi au risque d’infection du coronavirus, et quand l’un d’entre eux a demandé ces équipements de protection, il l’aurait d’abord renvoyé puis battu à mort pour ne pas lui payer ne serait-ce que le salaire du travail qu’il avait effectué. Même la pandémie et le débat animé de ces derniers jours sur la régularisation des immigrés en situation irrégulière travaillant dans le secteur agricole ne semblent pas améliorer la situation des nombreux étrangers, en particulier des Indiens, qui, dans la province de Latina, sont exploités dans les fermes, peu payés, menacés et souvent même obligés de subir des violences.

La police, sur ordre du gip (juge des enquetes préliminaires), a donc arrêté et assigné à résidence un homme d’affaires de 52 ans de Terracina et a notifié à son fils, un jeune de 22 ans, l’ordre de signature au poste de police, tous deux accusés à divers titres de délits allant de l’extorsion au vol, en passant par les lésions corporelles aggravées.

L’enquête s’est déclenchée lorsqu’un homme de 33 ans d’origine indienne s’est présenté aux urgences de l’hôpital de Terracina avec des blessures à la tête causées par un instrument contondant, des fractures et des blessures dans différentes parties du corps. Les enquêteurs ont découvert que le travailleur avait été battu à mort après avoir demandé à son employeur de lui fournir un équipement de protection individuelle pour se défendre contre Covid-19. Les deux suspects, tous deux incriminés, après avoir nié l’existence de gants et de masques d’ouvrier, l’auraient licencié et quand il a demandé au moins la rémunération du travail effectué, ils l’auraient insulté, menacé, frappé à coups de pied et de poing et jeté dans un caniveau.

La police, après avoir identifié les ouvriers agricoles travaillant dans l’exploitation de Borgo Hermada où la victime de l’attentat aussi travaillait, tous d’origine étrangère, ont donc découvert “une exploitation économique systématique, avec des conditions de travail qui diffèrent de la réglementation actuelle en matière de sécurité et de santé“. Les ouvriers auraient en effet été contraints de travailler même 12 h par jour, tous les jours de la semaine, y compris les jours fériés, sans repos et sans congé de maladie, en échange de 4 euros par heure.

Entre autres, les travailleurs ne se verraient facturer qu’un tiers des jours réellement travaillés dans leur fiche de paie. Et, après un contrôle, personne n’était équipé des dispositifs de sécurité et d’hygiène, qui ont pourtant été trouvés à l’intérieur des maisons des suspects qui “n’avaient pas envisagé de les distribuer à leurs employés“.

La ministre de l’agriculture, Teresa Bellanova est également intervenue sur la question: “Ce sont les raisons pour lesquelles je suis convaincue que la bataille pour la régularisation était une bataille juste. La sécurité est un droit. Avoir un emploi avec des horaires et un salaire décents est un droit. Là où l’État n’est pas présent, là où l’entreprise s’insinue, ces droits simples sont refusés“.

Comments

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Loading…

Comments

comments

“SANATORIA”- Questions et réponses: quelles sont les deux voies prévues par le décret de la ‘régularisation de masse’ en Italie?

alt

“SANATORIA”: Qui a accès aux procédures de la ‘régularisation de masse’ en Italie