in

Boom des demandes d’asile politique et des demandes multiples. Partagées en deux les entrées irrégulières

Rome, 04 août 2010. En 2009 s’est enregistrée une augmentation de 8% des demandes d’asile et de 23,3% les demandes d’asile multiples, mais aussi un drastique j’écroule de 50% du nombre d’entrées irrégulières enregistrées dans l’UE. C’est ce quit émerge du rapport de l’Union Européenne publié hier sur l’activité annuelle des database biométrique européen Eurodac, qui aide à déterminer quel état membre soit responsable pour examiner les demandes d’asile.

Selon les règles de l’Union, en effet, est de compétence du premier pays d’entrée en UE, mais donne les complexes dynamiques de l’ immigration clandestine souvent difficile d’établir quel soit. Pour le commissaire UE aux Affaires internes, Cecilia Malmstroem, ” Le rapport publié hier montre la contribution effective de ces database UE d’empreintes digitales dans gérer les demandes d’asile, en aidant à établir quel état membre qui doit examiner à travers l’enregistrement et la comparaison des empreintes digitales des demandeurs et des immigrés irréguliers, en prévoyant l’envoi de demandes multiples.”

En 2009, en effet, ont été bien 236.936 les empreintes digitales dont analysées 31.071 de personnes rattrapées sur le fait pendant qu’elles traversaient les frontières UE illégalement et 85.554 personnes arrêtées lorsque déjà ils se trouvaient sur suolo UE sans avoir le droit. Si en 2009 le nombre de demande d’asile a augmenté de 8% respect à l’année précédente, ainsi comme celui de demandes multiples qui sont passées de 17,5% en 2008 à 23,3% en 2009. En même temps il a diminué de la moitié le nombre des immigrés irréguliers enregistrés : 31.071 en 2009, par rapport aux 61.945 de 2008.

Ces chiffres, cependant, a précisé le porte-parole du commissaire Malmstroem, Michele Cercone, ” ils ne représentent pas en mode exhaustive les trend et nombres de l’ immigration illégale dans l’Ue” aussi parce que entre autre se réfèrent aux immigrés irréguliers enregistrés, insérés dans les database et donc subordonnés au contrôle croisé des différents pays UE pour vérifier l’éventuelle légitimité de la demande d’asile. Les mêmes nombres émergés par le rapport de Bruxelles en ajoutant que ” il y a des raisons multiples et complesse” à la base des données Eurodac et du trend émergées en 2009.

 

La France en chasse de cerveaux étrangers

Coop. LA SENEGALESE