in

BAKARY COULIBALY dit “BOUBA” – Jeune malien architecte: premier migrant avec protection internationale à décrocher un doctorat en Italie

Originaire du Mali, Bouba est arrivé en Italie à bord d’un bateau de la mort, rêvant de l’Europe: il l’a fait et maintenant il a conquis un vote de 110 avec honneur.

 

Bouba, de son vrai nom Bakary Coulibaly, est le premier migrant bénéficiant de protection internationale à avoir décrocher un doctorat, précisément à l’Université de Sassari. Il vient du Mali, il a 32 ans et depuis quelques jours, il est Docteur en Planification et Politiques de la Ville, l’Environnement et le Paysage. Un rêve, un objectif qu’il n’aurait jamais pu imaginer, même de loin. 

En 2015, Bouba tente d’arriver en Italie, fuyant la guerre civile, et, à partir de la Libye, il se confie à un des bateaux de la mort. Il a de la chance: il est sauvé par une ONG et, une fois en Italie, il est conduit immédiatement dans un centre d’accueil à Alghero qui, ironie du sort, porte le même nom que lui.  

C’est là qu’il a commencé à réfléchir sur son avenir: en effet, au Mali, il avait pris un doctorat en anthropologie. Il obtient donc la protection internationale et un jour, exprime un souhait: «J’aimerais continuer à étudier». C’est ainsi qu’il rencontre la femme, le professeur Silvia Serreli, qui de là, serait devenu son point de référence, son tuteur et, enfin, son rapporteur de la thèse de doctorat. 

«A ce point, je l’ai immédiatement traîné avec moi. Bien sûr, au début, ce n’était pas facile, il avait du mal à s’intégrer à cause de la langue. Il retournait souvent au “camp” pour aller rendre visite à ses amis et ne parlait pas bien l’italien. Puis, grâce à un projet d’inclusion et d’intégration fortement souhaité par notre recteur, il a réussi à obtenir son doctorat en quelques années. J’ai toujours été proche de lui», dit Silvia Serreli, professeur au Département d’Architecture, Design et Urbanisme d’Alghero, déléguée du recteur pour les Politiques d’intégration des migrants et des réfugiés, et rapporteur de la thèse du Docteur Bakary Coulibaly.

Grâce à la bourse de la Conférence des Recteurs des Universités italiennes et du Ministère de l’Intérieur pour les réfugiés et les titulaires d’une protection subsidiaire, contraints d’interrompre leurs études dans leur propre pays, Bouba a recommencé à rêver et est sorti vainqueur. 

Une mention ” 110 avec honneur” (le maximum possible) bien méritée à la sueur de son front, avec une thèse intitulée “La cultura maliana e gli effetti urbani delle migrazioni” (La culture malienne et les effets urbains de la migration), dans laquelle il explique clairement «comment le modèle d’accueil italien, avec la formation et la culture, produit un modèle vertueux parce qu’il “force” les migrants à être autonomes, à vivre comme des Italiens», dit le professeur Serreli. 

La discussion de la thèse (au Département d’Architecture, Design et Urbanisme de l’Université de Sassari) a également été suivie par la communauté locale malienne qui a célébré avec Bouba l’objectif réalisé du doctorat.  

 «Un jour, j’aimerais devenir professeur, continuer à étudier, à faire des recherches et à enseigner», révèle celui qui, entre-temps, travaille dans les cuisines d’un restaurant à Alghero pour subvenir à ses besoins.

Et le message final de Bouba est empreint de grande signification: «J’avais un rêve quand j’étais assis sur les bureaux de l’université de Bamako : faire une maîtrise en Europe. C’était un rêve impossible pour plusieurs raisons, mais j’ai essayé de suivre un rêve et j’ai marché un long chemin vers l’Europe. Cette thèse est mon utopie et c’est à partir de là que je recommencerai à en construire d’autres».  

Un rêve qui est devenu réalité grâce à sa détermination. 

Fabio Giuffrida

ITALIE – Perte ou expiration du permis de séjour – Comment faire le renouvellement?

ITALIE – Honteuse injure raciste à un volontaire ghanéen parce qu’il porte l’uniforme de la Croix-Rouge