in

AUGUSTE DASSAS: Talentueux basketteur italo-camerounais des “Black Eagles” de Rome et arbitre de la Fédération CSI

Sur le parquet, le racisme est… parqué!

Auguste Dassas est un jeune de seconde génération de 19 ans, nés de parents camerounais, qui est devenu italien, il y a un an, grace à la loi italienne d’acquisition de la nationalité italienne par droit de sol (“ius soli”). Le jeune basketteur, qui est né et a grandi à Rome, n’a pas encore les idées arretées sur son futur, “mais un point ferme, je l’ai: continuer à jouer au basket“.

altRencontré sur un parquet de la capitale italienne, à l’issue d’un match de basket qu’il a magistralement arbitré, Auguste Dassas a bien voulu ensuite échanger, avec notre groupe éditorial “Stranieri in Italia“, deux mots sur sa vie, celle du quotidien et des ambitions futures d’un italien de seconde génération dans son pays.

Quand as-tu commencé à jouer au basket?

J’ai commencé à faire du sport depuis ma tendre enfance. J’avais 6 ans quand j’ai touché mon tout premier ballon de foot. Il m’a fallu un certain nombre d’années pour trouver le sport le plus adapté à moi. J’ai fait la natation, le karaté, mais quand j’ai connu le basket, ça a été le coup de foudre.

Et comment es-tu arrivé à ce sport?

A 13 ans, j’ai commencé à jouer au basket. J’avais vu un groupe de jeunes jouer dans une cour et j’ai demandé à participer. J’ai réalisé que ce n’était pas difficile et dans l’ensemble je m’en tirais bien. ça a été ma toute première approche avec le panier et maintenant, ça fait 6 ans que je pratique ce sport.

Où joues-tu actuellement?

Actuellement, je joue dans l’équipe des “Black Eagles” (Aigles noirs) en Ligue D, dans le role de play ou garde. On est en tête du classement du championnat régional. Dimanche nous jouons les play-offs contre une des équipes les plus fortes et espérons bien. 

Mais aujourd’hui on t’as vu dans les souliers d’arbitre…

Outre à jouer, depuis quelques mois, je suis devenu arbitre de la Fédération CSI. Le fait d’avoir joué au basket pendant plusieurs années m’a facilité dans le cours.

Depuis quand as-tu la nationalité italienne?

L’année dernière, avec le baccalauréat scientifique, est arrivée également la nationalité italienne. Avant j’étais camerounais et aujourd’hui je suis italien.

Outre le basket, qu’est-ce que tu fais dans la vie?

Cette année est pour moi une année de travail et de réflexion. J’ai pris une pause d’études, actuellement je bosse dans une chaîne de vêtements et chaussures sportifs. Je m’y trouve très bien, mais dès septembre je veux m’inscrire à l’université, même si je suis un peu indécis entre la faculté des Langues et Economie. Un point ferme je l’ai: continuer à jouer.

Comment te trouves-tu dans l’univers du basket italien?

Je suis un fan de l’équipe Virtus Roma; mes joueurs préférés, cependant, sont tous aux États-Unis. En fait, en Italie, le basket n’est pas très suivi; le football, surtout à Rome, reste le sport le plus populaire. Contrairement au foot, dans le basket-ball, il ne peut pas y avoir de racisme. Et comment pourrait-il etre autrement; les grands joueurs sont tous des blacks.
 

Samia Oursana

INDICE MO IBRAHIM: Classement des pays africains selon l’indice Mo Ibrahim

HOROSCOPE JUIN 2013: Poissons (20 Février- 19 Mars)