in

ASSISTANTS CIVIQUES – Bientôt l’appel d’offres en Italie: qui sont-ils et que feront-ils

Ils contribueront à réguler les flux dans les lieux publics ou à apporter de la nourriture aux personnes âgées. Ce ne seront pas des gardiens, ils peuvent seulement rappeler des règles aux gens.

Ils seront 60 000, mais “peut-être aurons-nous besoin de quelques autres” selon le vice-ministre italien de la santé Pierpaolo Sileri. Les assistants civiques serviront à assurer le respect des mesures sur l’éloignement social, ils ne pourront pas infliger d’amendes, mais ils pourront signaler tout manquement, et ils s’occuperont également d’autres activités volontaires pour faciliter la Phase 2.

En attendant l’appel d’offres, qui devrait être publié cette semaine, voici une première identité de la figure de l’assistant civique, expliquée par le ministre italien des Affaires Régionales, Francesco Boccia: “L’assistant civique va devant les églises, vérifie le nombre de personnes qui peuvent entrer et aide à la circulation. Il ne peut rien faire d’autre que de se souvenir des règles. Ou bien il peut faire une chose, qui est la plus importante en ce moment: apporter de la nourriture et des médicaments aux personnes âgées et à tous ceux qui en ont besoin. C’est à cela que servent les volontaires, pas à jouer aux gardes civiques, ce qui est une reconstruction macchiettistique qui n’a jamais été écrite et jamais racontée. Ni milices, ni patrouilles, ni gardes, les assistants civiques sont des volontaires comme ceux qui sont dans les services hospitaliers depuis fin mars“.

Et le ministre d’ajouter: “Il y a une demande de l’ANCI (Association Nationale des Communes Italiennes), il y a une confrontation entre mon ministère et le ministère du Travail. Nous allons nous confronter, nous travaillons sur l’appel d’offres”.

Et quant à la confrontation avec les autres ministres, notamment de l’Intérieur, Luciana Lamorgese, il souligne, qu’elle “a perçu qu’il y avait des profils ambigus dans l’ordonnance, mais il n’y avait pas et nous avons clarifié. Il n’y a jamais rien eu d’écrit, comme sécurité publique. Nous avons clarifié, elle en a pris note“.

De son côté, le président de l’ANCI outre que maire de Bari, Antonio Decaro (co-idéateur, avec le ministre Boccia, de la requete des assistants civiques) a tenu, lui aussi, de préciser: “Je n’ai pas demandé de garde, seulement des volontaires comme ceux qui nous aident déjà à tenir nos communautés“.

Et d’expliquer à propos des rôles de surveillance: “Ce n’est pas ce qu’ils devraient faire. Si je rouvre les parcs et que je n’ai personne pour compter le nombre de personnes qui y entrent, je ne peux pas les rouvrir. Laissez-moi vous donner un exemple: à Bari, dont je suis le maire, pendant la quarantaine, j’avais 700 volontaires qui apportaient des paquets aux personnes âgées, des médicaments à ceux qui étaient isolés, s’occupaient des enfants ayant les parents hospitalisés, téléphonaient aux gens pour qu’ils se sentent moins seuls. Aujourd’hui, je n’en ai que 250, les autres ayant repris leur travail. Mais même dans la Phase 2, les citoyens ont besoin d’aide. Et c’est ainsi que ça se passe dans les 8.000 communes d’Italie”.

Comments

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Loading…

Comments

comments

“BONUS 600 EURO”: Attention! Il faut demander la ‘prime de 600 euros’ du mois de mars pour avoir le mois d’avril aussi

CORONAVIRUS: Combien de temps le Covid-19 résiste sur les masques et les vêtements