in

ANANDA DEVI: «Les Jours Vivants» – Dernier roman de la grande dame des lettres mauriciennes

Récit de vie de… Devi!

“Les Jours vivants”, le dernier roman de la Mauricienne d’Ananda Devi explore les bas-fonds d’une Angleterre épuisée par sa guerre des classes et ses émeutes raciales. Une histoire d’amour entre une vieille femme anglaise et un adolescent descendu des cités miséreuses de Brixton.

altParmi la trentaine d’écrivains invités à Confluences 2013, le Salon international du livre qui s’est tenu du 7 au 10 mars derniers à Port-Louis, l’incontournable Ananda Devi – qui a lancé son nouveau roman, “Les Jours vivants”, pendant la manifestation littéraire. En 25 ans de carrière, la grande dame des lettres mauriciennes a su s’imposer comme une des auteurs les plus brillantes de Maurice. L’une des plus prolifiques aussi, avec une quinzaine de romans, des recueils de nouvelles, des essais, de la poésie aussi.

«J’explore la voie du roman, tout comme j’écris dans une confusion volontaire des poèmes en prose et de la prose poétique».

Puisant dans son imaginaire forgé par les ombres et les lumières de cette société insulaire où elle a grandi, l’auteur de “Pagli et Eve” de ses décombres a construit une œuvre d’une intensité incandescente qui n’a pas son pareil dans le corpus littéraire de Maurice. Une œuvre à la fois tragique et poétique, qui éclaire avec une lucidité pénétrante les paradoxes de la société mauricienne postcoloniale et pluriethnique qui n’a pas encore fait tout à fait la paix avec sa mémoire et qui laisse, malgré sa prospérité manifeste, beaucoup d’hommes et de femmes sur les bas-côtés du chemin vers le développement.

Malgré la présence obsédante de Maurice dans cette œuvre, son pays n’est pas la seule source d’inspiration d’Ananda Devi, comme ses lecteurs avaient déjà pu le constater en lisant son très beau roman Indian Tango dont l’action se déroule en Inde. Dans “Les Jours vivants”, Devi nous entraîne à Londres. Une ville qu’elle connaît bien car elle y a vécu quand elle faisait ses études universitaires. Son livre raconte une histoire très londonienne d’amour illicite entre une très vieille femme anglaise et un tout jeune Caribéen. Il y a du Othello et du Lady Chatterley’s lover dans ce récit, sur fond de débats sur le multiculturalisme contemporain.

A Portobello Road, une vieille maison décatie. Située au cœur d’un quartier en pleine transformation où les terrains valent de l’or, cette maison abrite une vieille femme. Mary Grimes avait été autrefois sculptrice d’objets artisanaux à partir du plâtre et de l’argile, jusqu’au jour où une arthrose de la main l’obligea à mettre fin à son activité. Depuis, elle survit avec la maigre pension que lui verse un Etat-providence de moins en moins généreux et avec le souvenir de Howard, son amour de jeunesse depuis longtemps disparu.

Condamnée à l’isolement et à la nostalgie, la vieille dame vit dans son univers qui s’effrite par petits bouts, n’osant pas s’aventurer dans la pulsation du monde qu’elle devine derrière ses portes closes. Mais sa rencontre avec Cub, le jeune adolescent venu des HLM du quartier Brixton voisin, va entraîner Mary Grimes dans un tourbillon d’émotions insoupçonnées et d’événements inédits dont le dénouement ne pourra qu’être tragique.

Les jours vivants” racontent la marginalisation à laquelle la vieillesse condamne les êtres, la cohabitation des communautés qui se regardent en chiens de faïence et enfin la dérive des sentiments au-delà des limites fixées par la bienséance et la morale bourgeoises. Dérive vécue comme une renaissance par la vieille Mary Grimes. Dans les bras de son jeune amant, elle n’a que faire des voisins qui l’épient. « Quelqu’un les regardait-il par la fenêtre ? Eux deux, là, qui dormaient enlacés comme un vieux couple. Franchissant avec l’aisance des inconscients ce que l’on croit être le gouffre impossible, le définitif mystère, le dernier interdit. Le dernier tabou des vivants car, pour les morts, il n’y en a pas. Mais l’amour est cette chose qui ne retient rien, qui ne renie rien, qui n’élude aucune possibilité, se dit Mary. J’aimerais mon fils comme j’aimerais un homme comme j’aimerais un père. De mille façons et de la même façon. »

En faisant de l’interdit de l’amour intergénérationnel le thème de son récit, Ananda Devi va loin dans l’exploration des secrets de l’âme humaine dont les élans sont corsetés par la société. On lira aussi ce roman pour son évocation de Londres, hiératique et sombre, sous le signe de T.S. Eliot que l’auteur convoque dès les premières pages: « Cité fantôme/ Sous le fauve brouillard d’une aurore hivernale… »

TYPES DE VISAS: 17- Visa de transit

CENTRAFRIQUE: Depuis le Cameroun, le président déchu François Bozizé, parle enfin!