in

AMAZONIE: Même là-bas il y a des réfugiés africains

30 réfugiés africains ont demandé l’asile au Brésil vivent dans la jungle amazonienne.

Nicolas Wilson, de la République démocratique du Congo (RDC), fut le premier réfugié africain dans la jungle amazonienne brésilienne, et il semble avoir ouvert la route à une nouvelle tendance. Nicolas 56 ans (ce n’est pas son vrai nom) a fui des provinces du nord-ouest équatorial de la RDC, pour échapper des affrontements entre des groupes ethniques rivaux sur les droits terriens.

 

Selon les chiffres des Nations Unies, depuis 2010, quelque 30 réfugiés en provenance d’Afrique qui ont demandé l’asile au gouvernement brésilien vivent dans les Etats de la jungle amazonienne. Il s’agit de ressortissants de Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée Bissau, Nigeria, Sierra Leone, Kenya, Zimbabwe et RD Congo.
Entré à Sao Paulo à la fin 2009, suite à une (ensuite révélée) fausse promesse d’emploi, la demande de Nicolas a été acceptée en février, et il est devenu ainsi le premier réfugié africain vivant dans la forêt tropicale brésilienne.


Nous assistons maintenant à un nouveau type de réfugiés en Amazonie. Cette région, qui reçoit généralement plus de gens d’Amérique du Sud, comme les Colombiens et les Boliviens, a commencé à voir un flux en provenance de l’Afrique.
C’est un petit changement que nous avons commencé à noter, il y a deux ans, a déclaré Luiz Fernando Godinho, porte-parole du bureau local de l’Agence des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR).

La région du Brésil jungle amazonienne compte actuellement 140 réfugiés, la plupart boliviens et 700 autres demandeurs d’asile de diverses nationalités, qui sont-attente d’une réponse. La procédure peut prendre jusqu’à 6 mois.

Le Brésil (192 millions d’habitants) n’a pas de qC’est un petit changement et discret, mais nous avons commencé à le remarquer il ya deux ansuotas pour les réfugiés, dont il reçoit peu d’unités.

La loi brésilienne, promulguée en 1997, n’empêche pas qui est entré dans le pays avec de faux documents de demander l’asile.

La plupart des 4.500 réfugiés au Brésil sont dans le sud-est, à Rio de Janeiro et Sao Paulo, les principaux ports d’entrée, et dans l’Etat de Rio Grande do Sul et à l’intérieur de l’État de São Paulo.

Les 64% du total des réfugiés sont africains. Les plus nombreux viennent de lAngola (1.686), suivie de la Colombie (634), la RDC (462), le Libéria (258) et l’Irak (203).

GABON: Mort de l’opposant historique Pierre Mamboundou

TRAVAIL: Les Eveques: “Régulariser qui travaille”