in

AID-EL-FITR: Moment de prière et de bénédictions pour le musulman

A la gloire de l’Islam!

Les fidèles musulmans du monde entier vont célébrer l’Aïd el-Fitr. Moments de prière, cette fête marque le couronnement du mois de jeûne de Ramadan.

altL’Aïd el-Fitr ou fête de la rupture marque la fin du jeûne de Ramadan. Cette célébration est l’expression du pardon accordé par Allah aux musulmans qui, pendant le mois de Ramadan, ont su montrer leur soumission, afin d’expier leurs péchés de l’année écoulée.

La veille de l’Aïd el-Fitr, tous les anges rejoignent la toute-puissance d’Allah qui leur dit: «Ô mes anges! Quelle est la récompense de ces travailleurs qui ont terminé leur tâche?» Les anges répondent qu’ils devraient être récompensés. Allah, le Tout-Puissant répond alors: «Soyez témoins, je leur ai tous pardonné».

En islam, le jour de l’Aïd symbolise la joie, l’adoration, la fraternité, la solidarité et la moralité. Tout musulman doit profiter de ce jour pour se rapprocher d’Allah, le «Très-Haut».

Prier à l’occasion de la fête de l’Aïd el-Fitr est une synergie d’action collective qui a été vivement recommandée par le prophète Mohamed (Paix et salut sur lui), tant pour les hommes que pour les femmes. Il convient autant que faire se peut, d’y assister. Cependant, ce jour de fête doit se distinguer d’un jour normal.

Fêter l’Aïd, c’est bien s’habiller. Le prophète de l’islam a ordonné à ses compagnons de porter leurs plus beaux habits et de se parfumer au mieux. Il est par ailleurs recommandé à l’occasion de l’Aïd el-Fitr, de manger quelque chose avant de se rendre à la prière, contrairement à l’Aïd el Kebir (Tabaski) où l’on ne doit manger qu’après la prière.

En cas de rattrapage de jours manqués pendant le Ramadan, ce n’est que le lendemain du jour de l’Aïd el Fitr qu’on est autorisé à commencer. Comme il a été pratiqué par le prophète Mohamed(PSL), beaucoup de musulmans sur le chemin de la mosquée, chantent: «Allah est le plus grand, il est le plus grand. Il n’y a aucun Dieu, excepté Allah. Il est le plus grand. Tous les éloges et mercis sont pour lui».

De même que la glorification d’Allah est fortement conseillée, avant la prière de l’Aïd. Elle consiste à répéter trois fois cette invocation: «Gloire à Dieu et louange à Dieu. Il n’y a pas d’autre divinité que Dieu. Dieu est le plus grand et à Dieu, la louange». On prie quand l’imam fait son entrée.

La prière à proprement parler, a lieu quand le soleil s’élève au-dessus de l’horizon sur une place publique. En cas d’intempéries, elle peut être délocalisée dans une mosquée. Elle compte deux rak’at (unités de prière). Puis, on prononce sept fois le takbîr, c’est-à-dire que l’on dit sept fois d’affilée, «Allâhu Akbar».

Puis, l’imam récite à voix haute, la sourate al-Fatiha (sourate d’ouverture) suivie d’une autre. Pendant la seconde rak’at, on redit le takbîr, six fois et l’imam récite à voix haute, la sourate al-Fatiha et une autre. Et on termine normalement, la prière.

Après la prière, il est demandé de rester assis, car c’est le moment de la “khutbah” (sermon). Selon la Sunnah du prophète (PSL), tout le monde doit assister à la prière de l’Aïd et se comporter avec droiture et piété. C’est la raison pour laquelle, il est recommandé à la femme indisposée d’être sur les lieux de la prière, même si celle-ci n’a pas le droit d’y prendre part.

Malheureusement, déplore Hassane Sawadogo Cheick de la Fondation Pafadnam pour l’aide aux orphelins et aux mendiants, au Burkina Faso, trop de personnes s’empressent de partir une fois la prière achevée, alors que la khutbah est un moment très important et qu’elle fait partie intégrante de cette cérémonie de l’Aïd el-Fitr. Aussi, la fête de l’Aïd el-Fitr (fête de la rupture) et l’Aïd El-Kebir( la fête du sacrifice), sont des moments où la réconciliation, le pardon et la fraternité doivent régner entre les musulmans.

C’est le moment de faire l’effort pour balayer les rancœurs et les rancunes et de mettre les «compteurs» à zéro. Manifestations d’allégresse, échange de congratulations entre tous les fidèles sont recommandés pour renforcer les liens de fraternité dans la communauté.

C’est aussi un moment de retrouvailles et de charité, soutient Cheick Sawadogo. Il convient de rendre visite à ses parents, ses amis et célébrer autour d’un festin, cette fête, mais il est également important de faire des dons aux nécessiteux, de partager.

«Le jour de l’Aïd, complément au mois de Ramadan, n’est pas seulement un moment de célébration. Spirituellement, pour les musulmans, c’est un moment pour l’auto-évaluation du mois passé», précise-t-il.

De ce fait, chacun est invité à réfléchir sur les bonnes choses qu’il a accomplies, à entamer les jours à venir avec le même degré d’engagement et détermination qu’il a eu pendant le mois sacré.

Ramadan, c’est une fois par an, mais piété, honnêteté, sincérité, générosité, que tout musulman apprend et pratique pendant ce mois, devraient durer tout au long de l’année suivante. Cette réflexion sur soi est le succès du mois de ramadan.

KENYA: Grave incendie à l’aéroport Jomo Kenyatta de Nairobi

MALI: Ballotage de la présidentielle – Plus de 20 candidats malheureux ralliés à IBK