in

AFRIQUE DU NORD: Le talk-show “Jari Ya Jari” rapproche les pays du Maghreb

Un talk-show très chaud!

Le nouveau talk-show pan-maghrébin de Medi1 TV met l’accent sur “les valeurs humaines de cohabitation et de partage” et veut promouvoir la construction d’un Maghreb uni et centré sur les intérêts que partagent les populations de la région.

altMedi1 TV a dévoilé sa nouvelle émission le vendredi 1er mars. Cette nouvelle programmation est animée par la Marocaine Kaoutar Bou et l’Algérienne Salima Abada.

Les 5 autres chroniqueurs venus du Grand Maghreb sont l’animatrice de radio tunisienne Imen Amiri, le comédien libyen Miloud El Amrouni, le mauritanien Saw Mamadou (Mauritanie) ainsi que deux marocains, l’humoriste Youssef Ksiyer et le jeune comédien Hamza Filali.

Les stars de l’émission débattront, dans un cadre de divertissement et d’ambiance musicale maghrébine, des coutumes, des habitudes et des traditions du Maroc, de l’Algérie, de la Mauritanie, de la Tunisie et de la Libye.

“Jari Ya Jari” a été conçu dans l’objectif de cerner, pendant 70 minutes tous les vendredis, les particularités identitaires et culturelles des sociétés maghrébines, a expliqué le PDG de Medi1 TV Abbas Azzouzi.

Jari Ya Jari, par un effet de miroir sur des sociétés culturellement et géographiquement très proches, invite à mieux connaître ce que sont les Maghrébins et leurs modes de vie au quotidien“, souligne-t-il.

Le concept du programme consiste à désigner un sujet sociétal commun aux peuples maghrébins pour savoir comment il est perçu et vécu par les populations de ces pays, selon Kaoutar Boudarraja, l’animatrice marocaine de l’émission.

L’objectif reste de démontrer à quel point cette région du monde est riche en valeurs humaines de cohabitation et de partage“, a-t-elle dit lors de la première émission diffusée le vendredi 1er mars dernier.

L’invité d’honneur de ce premier talk-show, l’humoriste marocain Mohamed El Khyari, trouve l’initiative novatrice et à valeur ajoutée pour ancrer les principes du rapprochement, en particulier à l’égard des jeunes.

Nous partageons un certain nombre de choses, mais elles ne sont pas souvent mises en valeur“, a-t-il souligné, tout exprimant son souhait de voir en cette émission une opportunité de promouvoir davantage les valeurs humaines authentiques aux sociétés maghrébines.

Ce nouveau talk-show a débattu lors de la première émission de la problématique de la H’chouma (la honte) dans les sociétés maghrébines.

Comme ses camarades de travail, Hanaâ, infirmière dans un hôpital public à Casablanca pense “que pour cette première émission, Jari Ya Jari a essayé de nous démontrer que la H’chouma reste un tabou commun à tous les pays du Maghreb, mais elle est conçue différemment“.

Najlae El Boudini, journaliste dans un hebdomadaire casablancais, a dit à Magharebia qu’entre les lignes, “Jari Ya Jari est un projet certes éducatif et de divertissement, mais il ambitionne la construction régionale et ce, par le rapprochement culturel des peuples, dans un contexte régional marqué par de profonds changements et des menaces d’idéologies extrémistes venues d’ailleurs“.

MONNAIE UNIQUE AFRICAINE: Paradoxes et leçons de la crise de l’euro

SENEGAL: 9 «talibés» meurent dans un incendie à la Médina