in ,

À Santa Croce (en Toscane), en fait de noms, Ndiaye et Guèye ont désormais battu Rossi

Il fut un temps, c’était Giannoni. À présent, au millénaire de la globalisation et des flux migratoires, à Santa Croce, le premier nom de famille est Ndiaye. Il y a au total 100 citadins (tous originaires du Sénégal) qui, dans la petite ville des tanneries, portent ce nom. Giannoni s’arrête à 86, tandis qu’à la 3ème place, Rossi (71) a été dépassé par Gueye (81).

 

Derrière ces simples et arides chiffres, il y a un monde qui change et a changé. Un monde qui, dans la petite Santa Croce, 14.755 habitants à peine qui ne suffisent même pas pour aller au ballottage des élections municipales  (il en faut plus de 15.000), renferme tout. Et où le nombre des habitants ressortissants d’autres pays est de 3.451, soit 23,39%, pourcentage record en Toscane et un des plus élevés de toute l’Italie. 

A Santa Croce, les étrangers résidents sont des ressortissants de 58 Pays. La communauté la plus nombreuse est celle de l’Albanie (1.092), suivi du Sénégal (1020), Maroc (376), Roumanie (157), Chine (151), Philippines (150), Inde (111), Géorgie (84). 

La distribution de la population à Santa Croce est identique à celle des grandes villes, sinon même métropoles. Il y a par exemple, un quartier philippin, dans la zone de “via del Castellare” où la communauté orientale s’est  concentrée au cours  des ans, achetant des appartements et vivant en une sorte de communauté. Philippins en prévalence travailleurs domestiques tandis que les Sénégalais sont, eux,  employés dans la tannerie. 

A Pontedera, le nombre des étrangers résidents avoisine 3.500 (plus de 14% du total de la population) et ici aussi, Ndiaye est en tête du classement des noms de famille les plus diffusés, même si à la première place, trône encore Marconcini. 

Santa Croce et Pontedera sont, pour certains aspects, deux réalités similaires. Très élevée dans les deux cas (prévalence pour Pontedera) la concentration d’immigrés du Sénégal. 

A Calcinaia au contraire, la communauté étrangère la plus nombreuse est celle de Roumanie (201 résidents), suivie de l’Albanie (135). La présence africaine est presque la moitié, avec le Maroc et le Sénégal (81 chacun). Au total, les étrangers habitant à Calcinaia sont 806, nombre qui a doublé en 10 ans (339 en 2007). Aucun nom étranger parmi les 5 premiers à Calcinaia: est en tête Paoli (70), suivi de Rossi (61), Ferrucci (53), Pasqualetti (46) et Signorini (46). 

A Ponsacco, le pourcentage des étrangers est  9,38% du total et il est resté presque constant, depuis 2012. Ferretti est le nom le plus diffusé  (153), devant  Turini (91), Signorini (80), Macchi (79) et Caroti (70).

A Castelfranco, la présence des étrangers se situe entre 13% et 14%. Le nom le plus répandu est Nuti (88) puis Cristiani (73) et Cavallini (70). 

Un peu moins de 10% sont les étrangers à Santa Maria a Monte, où le classement des noms les plus diffusés voit Cavallini (98), suivi de Novelli (72), Novi et Dal Canto (70 chacun). 

G. N.

 

Une simple commande de pizzas coûte très cher à une brésilienne

NATIONALITÉ ITALIENNE: Quand expirent les certificats délivrés par son propre pays d’origine?