in

TETTO O GHETTO? Des classes 100% étrangers à Vicenza

C’est le cas de l’école primaire Piaget di Alte Ceccano.

Depuis l’an, est entrée en vigueur une disposition du Ministère de l’Éducation, qui prévoit un plafond de 30% des élèves étrangers, depuis les écoles maternelles. A peu de semaines de l’ouverture de la nouvelle année scolaire, cette limite semble ne pas pouvoir être respecté par diverses institutions.


C’est le cas de l’école maternelle (Scuola materna) Zanella di Alte  Ceccano, une fraction de Montecchio Maggiore, dans la province de Vicenza, où les étudiants étrangers ont fait enregistrer des inscriptions records.

A l’asile Andersen en effet, on est arrivés à 95% tandis que, à l’école primaire Piaget B, les étrangers étrangers sont 100%, ce qui fait pointer à nouveau le spectre de la «classe ghetto» dont on avait tant discuté cet hiver.


Comme l’a expliqué le maire et commissaire de l’éducation Montecchio, Milena Cecchetto, en moyenne, «les étudiants étrangers inscrits en première année sont environ 63% avec des pics pouvant aller jusqu’à 70%, et la plus forte densité d’étudiants se trouve dans les sections à horaire réduit (tempo ridotto)», généralement choisi par les parents étrangers qui ne souhaitent pas profiter du réfectoire.


La préoccupation du maire léghiste Cecchetto est “de ne pas réussir à faire démarrer le lent et difficile processus d’intégration de la communauté étrangère“.

Voyant l’impossibilité de rester sous le plafonsd de 30% d’étudiants étrangers, le maire a écrit une lettre à l’Assesseur régional à l’éducation, Helen Donazzan, et à la Direction scolaire pour chercher  une solution satisfaisant l’intégration des étudiants étrangers.


Considérant que la loi prévoit la possibilité d’augmenter le plafond de 30% d’étrangers seulement “en présence d’étudiants étrangers (comme ceux nés qui sont nés en Italie), qui connaissent déjà la langue italienne” et qui démontrent ainsi la pleine capacité d’apprendre.

Si ce n’est pas le cas, la loi ne permet pas à l’école la création de salles de classes avec 100% d’étudiants étrangers.

Pour cette raison, le maire Cecchetto a tracé au moins trois directives prévoyant la création d’une section supplémentaire à l’école, des garanties de continuité de la didactique avec des enseignants de role et la nomination d’une direction centralisée pour épargner de l’argent à destiner l’éducation.

Ce sont toutes des demandes alignées avec les règlements de la Ministre Maria Stella Gelmini qui a promis “des ressources financières appropriées pour les interventions visant à soutenir l’inclusion des écoles pour les enfants étrangers et un financement supplémentaire, seront fournies aux écoles territoriales à forte présence d’étrangers“. 

Marco Iorio

BENIN: Le Parlement abolit la peine de mort

COTE D’IVOIRE: Inculpation et détention pour les Gbagbo