in

SUD SOUDAN: Le président Salva Kiir suspend tout son gouvernement

Salva fait… “haraKiiri”?

Grand coup de balai au Soudan du Sud. Mardi 23 juillet, le président Salva Kiir a suspendu tout son gouvernement ainsi que le vice-président et le patron de son parti, le SPLM. Le ministre de l’Information du gouvernement sortant se refuse à parler de crise politique et évoque une volonté présidentielle d’effectuer un large remaniement.

altSalva Kiir est pour l’instant le seul maître à bord du navire. Le président a posé une marque d’autorité, mais sa manœuvre n’est pas sans risque. Désormais, dans la perspective de l’élection présidentielle prévue en 2015, ses rivaux au sein du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM) se voient, au moins provisoirement, dépourvus de toute fonction officielle.

Deux ans après une indépendance fêtée en grande pompe, l’euphorie est violemment retombée et l’unité de façade au sein du parti au pouvoir a cédé la place aux divisions étalées sur la place publique. Depuis plusieurs mois, les relations entre Salva Kiir et son vice-président Riek Machar sont exécrables. Elles ne sont pas meilleures avec Pagan Amun, le secrétaire général du SPLM.

Si sur le plan intérieur, le président prend aujourd’hui le risque de faire exploser son parti, sur le plan diplomatique, il doit rassurer en urgence les pays qui ont accompagné l’indépendance du Soudan du Sud. Selon une experte de la région, les voisins s’inquiètent, les bailleurs n’ont pas du tout apprécié la décision de Juba de couper le robinet pétrolier, et les Etats-Unis commencent à avoir un regard moins bienveillant sur le dernier-né des Etats africains.

Mardi soir, aucun trouble n’était signalé à Juba, mais les forces de sécurité étaient placées en état d’alerte, positionnées autour de la présidence et des ministères. Les habitants de la capitale ne s’y sont pas trompés. Soucieux, la plupart ont pressé le pas pour rentrer chez eux.

AFRIQUE DE L’OUEST: Environnement – Le bassin du fleuve Volta menacé

LEGISLATIVES TOGOLAISES: 3 millions aux urnes pour un scrutin inédit, jeudi 25 juillet