in

SOMALIE: Le nouveau président somalien, Hassan Cheikh Mohamud, fait naître l’espoir parmi les jeunes

Que renaisse la jeunesse!

Pour la première fois en 43 ans, la Somalie a élu officiellement son leader. Ce scrutin marque officiellement la fin de 8 ans d’une administration de transition dans une nation ravagée par la guerre et la famine. Toutes les générations se sont rassemblées dans les rues de Mogadiscio pour acclamer le président Hassan Cheikh Mohamud.

Lundi 10 septembre, Hassan Cheikh Mohamud a été proclamé président de la république fédérale de Somalie. Quelques minutes après l’annonce du nom du nouveau chef par les hauts-parleurs du Parlement, les tirs festifs ont retenti dans ce qui était jusqu’à présent un explosif Mogadiscio.

C’est à une écrasante majorité que le fondateur et président du Parti de la Paix et du Développement, âgé de 57 ans, a vaincu son adversaire, le président en exercice Sharif Cheikh Ahmed.

Mohamud a également battu toute une série d’autres candidats, parmi lesquels le Premier ministre et technocrate Abdiweli Mohamed Ali et Maslah Siad Bare, le fils de l’ex-président somalien.

Le président Hassan Cheikh Mohamud est l’un des fondateurs de l’Institut somalien de Management et du développement administratif (SIMAD), qui est devenu l’Université Simad.

Créé en 1999, il est le premier institut de son genre depuis l’éclatement de l’Etat somalien. L’année dernière, près de 4.000 étudiants étaient inscrits dans ses programmes de premier cycle et, depuis 2002, plus de 1.500 étudiants ont obtenu des diplômes dans des disciplines diverses.

Des manifestations pro-Mohamud ont été organisées dans toute la Somalie en soutien au nouvel élu, qui récolte notamment l’enthousiaste des jeunes, qui espèrent que le nouveau président contribuera à l’amélioration de l’éducation du pays, qui a été un des secteurs les plus paralysés pendant ces deux décennies de guerre.

C’est un leader patriotique, l’un de ceux que nous avons vu et entendu ces deux dernières décennies. Il a été à nos côtés pendant toute la durée de la guerre civile. Nous prions pour qu’il sorte le pays de la misère et qu’il réponde aux attentes de la population de la Somalie“, affirme Mohammed, jeune garçon de 16 ans, qui n’a connu que la guerre depuis sa naissance, et qui espère que le chef nouvellement élu comprendra mieux la situation de son pays que les Somaliens de la diaspora.

Jamal Mire, un informaticien de 23 ans, est lui aussi très satisfait du résultat de l’élection. Tout en pensant à un gouvernement dans le sens large, il a des idées pour seconder Mohamud.
C’est notre souhait de voir un cabinet à poigne et c’est pourquoi nous appelons Hassan Cheikh Mohamud à nous redonner notre ex-Premier ministre promis, Mohamed Abdullahi Farmajo” confie Mire, faisant référence à l’homme politique formé aux Etats-Unis qui est resté en poste un peu moins d’un an avant de démissionner.

“Nous croyons qu’une collaboration entre Hassan Cheikh, qui est professeur, le porte-parole du Parlement le professeur Mohamed Osman Jawari et Abdillahi Farmajo est la seule réponse à la crise somalienne. Farmajo a déjà de l’expérience, et nous croyons qu’il peut nous apporter le salut” explique Najma (20 ans), étudiante en médecine à l’Université de Mogadiscio, estime que la Somalie a besoin de leaders instruits pour aider la nation à redorer son blason. Elle est optimiste pour Mohamud.

Nous espérons que l’éducation primaire et secondaire sera gratuite dans le futur, étant donné que notre nouveau chef a joué un grand rôle dans le secteur de l’éducation et qu’il est parmi les membres fondateurs de l’Université Simad de Somalie“, conclut-elle.

MAROC: Festival Gnaoua – Coffret CD/DVD du best of des 15 ans

AFRIQUE AUSTRALE: Hostilité croissante envers les commerçants chinois