in

SENEGAL: Les maîtres coraniques veulent une école de formation

Former qui forme! 

Le président de la Fédération des associations de maîtres coraniques, Cheikh Tahir Fall, a plaidé pour l’ouverture d’un centre de formation de ces enseignants religieux à l’image des écoles de formation des instituteurs, estimant qu’ils exercent les mêmes fonctions dans la société.

altA ce jour, l’Etat n’a ouvert aucune école pour former ces maîtres coraniques qui pourtant exercent la même fonction que leurs collègues enseignants en français“, a dit M. Fall, qui s’exprimait à Saint-Louis dans le cadre d’une caravane de sensibilisation et de formation des maîtres coraniques.

Avant de songer à sévir contre ce milieu, la première des choses devrait être de le réorganiser et de l’assainir, a estimé cet imam qui dit avoir fait des propositions adressées dans ce sens à l’Etat.

Nous estimons que pour assainir ce secteur, il faut associer ceux qui y évoluent et notre instance regroupe plus de 90% des maîtres coraniques. Les daaras – écoles coraniques – ont joué un rôle important dans la société à laquelle ils ont donné des modèles. Il ne faut pas céder face à ceux qui veulent tuer ce secteur“, a déclaré M. Fall notant que sa fédération est présente dans les 45 départements du pays et insistant sur l’importance de la formation continue.

La mort de 9 talibés d’une école coranique de la Médina de Dakar, début mars, relève d”‘un accident dans une maison où il y avait un daara et ne doit pas servir de prétexte pour attaquer l’enseignement du Coran“.

Après Saint-Louis où il séjourne pour deux jours et la caravane de la Fédération des associations de maîtres coraniques, Cheikh Tahir Fall se rendra à Matam après une pause vendredi.

BURKINA FASO: Ziro – Festival de musique et de danse traditionnelles de Névri

JEUDI SAINT: Le pape François lave les pieds de détenus romains